CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Patrimoine

RESPECT DU PATRIMOINE : SEBASTIEN SEMERIL FAIT-IL UN PAS ?

test2

Rennes est à la proie des promoteurs. Dire le contraire serait méconnaître la densification appelée de toutes ses forces par la ville de Rennes.

Depuis quelques semaines, les permis de démolir sont délivrés par la municipalité à la vitesse grand V. Ils vont permettre la destruction d’une partie du restaurant Le Coq Gadby, d’un hôtel particulier boulevard de la Liberté, de bâtiments scolaires de l’école Saint-Michel et j’en passe. Certains, plus anciens, ont déjà permis la destruction de l’usine Logeais derrière le Pont de Nantes, de bâtiments de l’Hôtel Dieu, du Mur Dubonnet, d’une belle villa sur le boulevard de la Duchesse Anne….

Le but n’est pas ici de s’opposer à tout projet de construction. Bien au contraire, il est important de construire pour accueillir de nouveaux habitants. Mais il est d’affirmer simplement que le patrimoine est une partie de l’âme rennaise à respecter. Preuve en est le nombre de recours posés ici où là contre les permis de construire par des riverains et des associations depuis maintenant quelques années.

                                                   “Notre réflexion était urbaine, elle sera patrimoniale, demain”

Face à cette fronde citoyenne, Sébastien Sémeril, adjoint au maire chargé de l’urbanisme, ne pouvait pas rester les bras ballants. Il sait ô combien que des articles de presse, dénonçant des programmes immobiliers, soutenus par la ville, peuvent faire perdre des voix aux prochaines municipales ! Contre cela, il a pris l’initiative de créer un conseil local du patrimoine. « Nous avons souhaité y réunir l’ensemble des institutions, l’architecte des bâtiments de France, la DRAC et les associations passionnées par le patrimoine, » a-t-il expliqué au conseil municipal lundi 23 mai. « Nous y réfléchirons dans le cadre du projet urbain à une approche plus globale de la question du patrimoine. Notre réflexion était urbaine, elle sera demain patrimoniale. »

                                                                Une légitimité aux acteurs non institutionnels

Conseillère en charge du patrimoine et de la politique linguistique, Ana Sohier se réjouit de disposer d’une telle instance.  « Ce conseil permettra d’utiliser au mieux l’expertise de chacun pour décider ensemble ce qui doit être conservé et mis en valeur. Il donnera une reconnaissance et une légitimité aux acteurs non institutionnels qui participent à la connaissance à la préservation et à l’animation du patrimoine. »

Ce comité local est-il une étape importante dans le respect du patrimoine rennais ? Les Amis du Patrimoine rennais accueillent « positivement » sa création. Mais ils tiennent à rester vigilants. Ils continueront à « dénoncer les permis de démolir » des bâtiments remarquables. Ils maintiendront leur pétition citoyenne signée par 1000 personnes pour inscrire à l’ordre du jour d’un conseil municipal la question du “respect du patrimoine”.

https://fr-fr.facebook.com/Les-Amis-du-Patrimoine-Rennais-association-loi-1901-331629883571730/?fref=nf

 

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire