23.6 C
Rennes
samedi 20 juillet 2024
AccueilActualitésRENCONTRE AVEC MAHI : ANCIENNE GLOIRE DU STADE RENNAIS

RENCONTRE AVEC MAHI : ANCIENNE GLOIRE DU STADE RENNAIS

Le Stade rennais est un club ancien, plus que centenaire. L’équipe Rouge et Noir a toujours été au plus haut niveau, avec de grands footballeurs ayant marqué chacun de leur empreinte leur époque. Le seul qui a été élu meilleur joueur du championnat est Mahi Khennane, un attaquant venu tout droit d’Algérie pour évoluer sous les couleurs rennaises. On peut encore croiser cet attaquant hors pair, aujourd’hui à 87 ans, dans la capitale bretonne.

« À l’âge de 19 ans,  je suis arrivé à Rennes de Mascara », se souvient-il. « Je dois mon transfert au président de mon club qui était  pharmacien et connaissait très bien des dirigeants rennais. » Surnommé « tête d’or ou Mahi », il effectue son premier match à Sochaux, le 28 octobre 1956, dans un froid glacial. Durant de nombreuses années, il évolue à tous les postes d’attaquant, et même de milieu de terrain, en compagnie des Cuissard, Boutet, Dombeck, Guérin, Méanio, Ascencio, Cédolin et Lavaud. 

En 1961, après avoir été repositionné dans l’axe par Henri Guérin, l’entraîneur, il connaît la consécration suprême, en étant élu « étoile d’or » du championnat avec 28 buts ! En tout pour tout, il a marqué 88 fois avec le Stade rennais en 222 matchs de 1956 à 1962. « Cela m’a permis d’être sélectionné en équipe de France à 3 reprises avec les joueurs de Reims Kopa, Piantoni, Vincent, Jonquet, Colonna », se rappelle-t-il.

Mais la guerre d’Algérie sabra sa carrière chez les Bleus. Pour ne pas attirer l’attention médiatique sur lui et le laisser tranquille, le sélectionneur Albert Batteux préféra, sur les conseils d’Henri Guérin, ne plus l’appeler. Cette mésaventure n’arrêta pas son activité internationale. À la suite de la décolonisation de l’Algérie, il fut retenu dans la nouvelle formation nationale, les Fennecs, avec laquelle il a battu l’Allemagne 2-0 le 1er janvier 1964 en ayant même marqué un but !

Après sept saisons au Stade rennais, il a rejoint Toulouse, puis Nîmes, Red Star, Lorient et Mascara son club d’origine. À plusieurs reprises, il a été élu meilleur buteur du Championnat de France. Sa carrière, il l’a terminé à Penmarch, comme entraîneur-joueur, en ayant fait passer son groupe de la promotion d’honneur à la D3. « J’ai vécu 7 merveilleuses années dans ce club. Lors des derbys, contre Guilvinec, il y avait même plus de 5 000 spectateurs ! Les pêcheurs allaient jusqu’à dépêcher l’un des leurs au stade pour faire ensuite un rapport sut la radio de la marine » raconte Mahi avec une pointe d’émotion.

Avec une certaine lucidité, Mahi évoque ces années cinquante et soixante. « Techniquement, on était meilleur avant, mais physiquement, maintenant, ils sont clairement au-dessus », dit l’ancien attaquant. Depuis, il ne manque pas une rencontre et se plaît beaucoup à Rennes. « À notre époque, on pouvait se balader en toute sécurité dans la cité, qu’on soit connu ou inconnu. Tout a changé désormais. Mais j’aime cette ville. J’y ai des souvenirs inoubliables avec des gens, des supporters, des joueurs et des Bretons ! » Pour aller plus loin : une excellente interview du site Rouge Mémoire.

Dragan Brkic
Dragan Brkic
Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

// Dernières nouvelles publiées

TY’CHOU AU SACRÉ-CŒUR

Après le restaurant-boucherie Saint Cochon et la cave à vins Indigènes, le quartier Sacré-Cœur accueille une troisième adresse gourmande qui ravira les amateurs de...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser