CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

REDÉCOUVRONS SAINT-MALO : LES CHIENS DU GUET

test2

Au temps de Jean de Châtillon (mort le 1er février 1163), la sécurité de la cité de Saint-Malo n’était pas au beau fixe ! Les bandits de grand chemin aimaient tout particulièrement piller les marchandises, les voiliers, les cordages, les denrées autour des bateaux. Pour lutter contre les vols, on lâchait sur les grèves vingt-quatre dogues, après la fermeture des portes de la citadelle et le couvre-feu.

Des chiens violents !

Une heure avant le chant du coq (bref du lever du soleil), le “chiennetier” (terme de l’époque) les rassemblait grâce à un cornet de cuivre. Mais durant la nuit gare à ceux qui croisaient le chemin, ces dogues d’Angleterre puissants et au flair aiguisé pouvaient mordre profondément les rodeurs. Problème, ils ne faisaient pas toujours de différence entre bons malouins et maraudeurs. Beaucoup de marins l’apprirent d’ailleurs à leurs dépens au moment de vérifier leurs haussières, leurs amarrages, lors des tempêtes.

En 1626, selon l’historien François Tuloup, les chiens attaquèrent méchamment une vieille femme. Quatre ans plus tard, Jean Carrouel fut déchiqueté par les crocs de nos charmantes bêtes. Bien plus tard, en 1770, un galant homme Ansquer de Kerouatz venait de visiter sa fiancée à Saint-Servan. Mais après la fermeture des portes, il voulut rejoindre son domicile. C’est là qu’il fit une mauvaise rencontre avec nos « terribles gardiens des grèves. » Après cette dernière attaque, le baillif des eaux décida d’empoisonner les animaux.

Le jour, les molosses logeaient dans des chenils situés à la venelle aux Chiens et également non loin de la porte Saint-Pierre, puis sur le Sillon. « À marée haute, les chiennetiers lâchaient leurs dogues aux portes mêmes de la ville. À marée basse, ils les conduisaient au lieu-dit Le Pot. » En mémoire de ce passé, un hôtel est aujourd’hui appelé les Chiens du Guet. Il est situé à deux pas de la plage de Bon Secours.

 

Hôtel-restaurant, Les chiens du Guet, 4 place du Guet, 35 400 Saint-Malo. Pour s’y rendre : arrêt intra-muros. Voire à côté : le bastion de la Hollande donne un panorama exceptionnel.

Au temps de Jean de Châtillon (mort le 1er février 1163), la sécurité de la cité de Saint-Malo n’était pas au beau fixe ! Les bandits de grand chemin aimaient tout particulièrement piller les marchandises, les voiliers, les cordages, les denrées autour des bateaux. Pour lutter contre les vols, on lâchait sur les grèves vingt-quatre dogues, après la fermeture des portes de la citadelle et le couvre-feu.

Des chiens violents !

Une heure avant le chant du coq (bref du lever du soleil), le “chiennetier” (terme de l’époque) les rassemblait grâce à un cornet de cuivre. Mais durant la nuit gare à ceux qui croisaient le chemin, ces dogues d’Angleterre puissants et au flair aiguisé pouvaient mordre profondément les rodeurs. Problème, ils ne faisaient pas toujours de différence entre bons malouins et maraudeurs. Beaucoup de marins l’apprirent d’ailleurs à leurs dépens au moment de vérifier leurs haussières, leurs amarrages, lors des tempêtes.

En 1626, selon l’historien François Tuloup, les chiens attaquèrent méchamment une vieille femme. Quatre ans plus tard, Jean Carrouel fut déchiqueté par les crocs de nos charmantes bêtes. Bien plus tard, en 1770, un galant homme Ansquer de Kerouatz venait de visiter sa fiancée à Saint-Servan. Mais après la fermeture des portes, il voulut rejoindre son domicile. C’est là qu’il fit une mauvaise rencontre avec nos « terribles gardiens des grèves. » Après cette dernière attaque, le baillif des eaux décida d’empoisonner les animaux.

Le jour, les molosses logeaient dans des chenils situés à la venelle aux Chiens et également non loin de la porte Saint-Pierre, puis sur le Sillon. « À marée haute, les chiennetiers lâchaient leurs dogues aux portes mêmes de la ville. À marée basse, ils les conduisaient au lieu-dit Le Pot. » En mémoire de ce passé, un hôtel est aujourd’hui appelé les Chiens du Guet. Il est situé à deux pas de la plage de Bon Secours.

 

Hôtel-restaurant, Les chiens du Guet, 4 place du Guet, 35 400 Saint-Malo. Pour s’y rendre : arrêt intra-muros. Voire à côté : le bastion de la Hollande donne un panorama exceptionnel.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire