CECI EST UN TEST 1
Actualités

RAVE À REDON : LE SITE ÉVACUÉ PAR LES FORCES DE L’ORDRE

test2

A Redon, sur l’hippodrome, à partir de 17 heures, les forces de l’ordre ont évacué les teufeurs et saisi provisoirement des murs de sons ainsi que des groupes de sons électrogènes. Durant l’opération, elles ont repêché des individus dans l’Oust et évacué certains des voies ferrées toute proche (sources : Ministère de l’Intérieur).

Un millier de fêtards

Sur le site, les fêtards (un millier selon les organisateurs) étaient présents depuis ce matin. “Les organisateurs avaient l’intention de faire la fête sur une commune éloignée d’une trentaine de kilomètres de Redon, mais leurs plans ont été déjoués, donc ils se sont rabattus sur l’hippodrome. Il y a eu un rassemblement sur un parking d’un hypermarché avant de rejoindre la zone de l’hippodrome”, expliquait sur les ondes de France Bleu Armorique, le maire de Redon, Pascal Duchêne.  Au moment de quitter les lieux, certains fêtards étaient très en colère. “On voulait juste faire la fête, commentaient-ils sur France 3 Bretagne. “Et voilà comment ça se termine, des violences, des blessés, et du matériel cassé.”

Le préfet avait pourtant pris un arrêté interdisant tout rassemblement festif. Mais ce vendredi soir 18 juin, des jeunes ont tenté d’installer une “sono” sur l’hippodrome de Redon. Devant cette intrusion des fêtards, les gendarmes sont intervenus pour mettre fin à la fête. Non sans mal, durant plusieurs heures, les forces de l’ordre ont été confrontées à des fêtards qui refusaient de quitter les lieux. “Elles font face à des individus très violents et essuient des jets de cocktail Molotov, boules de pétanque, morceaux de parpaings… “, notait la préfecture, cette nuit. A cinq heures du matin, plusieurs blessés étaient dénombrés de part et d’autre (six gendarmes et un jeune teufeur a eu la main arrachée). “Ils ont été pris en charge par les services de secours et les associations de protection civile, mobilisés sur place par le préfet”. Malgré l’intervention des forces de l’ordre, des teufeurs, avaient réussi à installer leur sonorisation. Ils tenaient à rendre hommage à Steve Maia Caniço, mort noyé, lors de la Fête de la musique 2019, à Nantes.

Trois enquêtes en cours

Selon le Procureur de la République, Philippe Astruc, trois enquêtes judiciaires sont en cours. La première pour blessures involontaires avec ITT supérieure à 3 mois a été confiée à la Section de recherches de la gendarmerie de Rennes. “Elle doit permettre de déterminer les circonstances exactes et l’origine de des blessures d’un jeune Rennais âgé de 22 ans, et sur cette base, d’éventuelles responsabilités pénales. A ce titre, il convient d’observer la plus grande prudence avant le terme des investigations”, confie le procureur.

Le jeune homme subit actuellement une intervention chirurgicale tendant à une amputation.” Le procureur.

La seconde enquête a pour faire la lumière sur les violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique (gendarmes). “Dans ce cadre, cinq hommes (nés en 2001, 2002, 1998, 1999 et 1984, sans antécédents judiciaires à l’exception du dernier) sont actuellement en garde à vue.” La troisième enquête concerne l’organisation de la free party. Elle est confiée à la brigade de recherches de Redon. Pour voir l’évacuation avec l’équipe de Média Son, c’est ici.

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire