16.4 C
Rennes
mardi 21 mai 2024
AccueilActualitésQUELLE AMBITION RENNAISE POUR LE SPORT DE HAUT-NIVEAU ?

QUELLE AMBITION RENNAISE POUR LE SPORT DE HAUT-NIVEAU ?

Le 20 mars dernier, le conseil municipal de Rennes accordait 268 000 € pour le sport de haut niveau dont 164 000 € pour le sport collectif et 104 000 € pour les sports individuels ou en binômes. Son soutien se concrétisera par la mise à disposition d’équipements, l’aide au financement d’emplois sportifs et aux manifestations ainsi que par différentes subventions.

                                       Deux conceptions, deux ambitions

Encore une fois, la ville participera au fonctionnement de différents clubs : le Stade rennais Rubgy,  le REC Rugby, la Tour d’Auvergne section foot, l’Union Rennes Basket, l’Avenir de Rennes, le Cercle Paul-Bert Hand, le REC Volley ball et le Cercle Paul Bert section Volley. Mais pas seulement, Rennes prévoit l’amélioration du terrain synthétique de la Binquenais (1,2 millions d’euros) et la rénovation du terrain synthétique du centre d’entrainement du Stade rennais ( 1,06 millions d’euros). 
A l’occasion de ce vote, Bertrand Plouvier, chef de file de l’opposition municipale, a donné son point de vue sur le sport de haut-niveau rennais. « Nous devons redonner à Rennes une ambition sportive à la hauteur de ses trois atouts suivants : le dynamisme démographique, le plus fort taux d’étudiants des quinze principales agglomérations françaises et le cadre de vie. »

                                       Trop d’occasions ratées

Bertrand Plouvier en est persuadé. « Il est aujourd’hui primordial de mettre en place une politique sportive de haut niveau sportif. Depuis plusieurs années, Rennes a manqué de trop nombreuses occasions d’organiser des rendez-vous sportifs de premier rang : coupe d’Europe de foot, coupe Davis, championnat de Handball, coupe du monde de rugby en 2023, ou encore, une épreuve des jeux olympiques de 2024 si Paris est retenue… »

Faute de volonté politique ou d’équipements : Rennes n’accueillerait pas assez d’événements de premier rang. « Nous ne pouvons plus nous contenter de regarder les trains qui passent ! Il est temps de doter notre territoire d’une politique sportive ambitieuse. » Pour convaincre la municipalité rennaise, Bertrand Plouvier cite comme exemple les expériences réussies d’autres agglomérations. « La Métropole du Grand Nancy soutient les clubs professionnels évoluant au sein de l’élite nationale. Montpellier Métropole Méditerranée encourage, elle, toutes les manifestations sportives dont l’audience et les retombées médiatiques présentent un intérêt national ou international. »

                                « Pourquoi pas nous! »

Ces exemples doivent conduire Rennes à emboiter le pas. « A chaque grande manifestation sportive organisée en France, nous ne pouvons plus tolérer que Nantes, Bordeaux ou Lille soient hôtes de grandes manifestations sportives et pas nous ! Il est temps que la Maire de Rennes demande au Président de Rennes Métropole d’ouvrir un débat sur la création d’une compétence sport de haut niveau pour notre métropole.  Le haut niveau apporte du rayonnement, des compétences techniques, de la dynamique, du leadership, des valeurs ou du bénévolat. Plus on s’en approche, plus le rayonnement s’élargit en terme de restauration, d’hébergement et de retombées pour le territoire. » 

                        Un sport de haut niveau humaniste

Conseiller municipal, chargé des équipes sportives pour la ville, Yvon Léziart préfère rappeler quelques vérités. « Le sport professionnel est très visible très spectaculaire mais il mobilise des formes financières extrêmement colossales », convient-il. « Il est géré par des capitaux de plus en plus importants. Cela va bien au-delà du financement des collectivités ! A titre d’exemple, le Stade Rennais, c’est un budget de 46 millions d’euros avec un déficit de 15 millions l’année dernière. »

 « Le sport télévisuel, ajoute Yvon Léziart, marque l’esprit mais l’important est pour nous de veiller à une pratique sportive humaniste. Nous essayons de valoriser les clubs rennais qui permettent la réalisation de ce niveau-là. »  Non sans oublier, quand c’est possible, l’organisation de grandes manifestations sportives comme la finale du Top 14 de rugby ou encore France-Grèce au foot féminin.

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

AGRESSION ÉVOQUÉE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX : UNE ENQUÊTE DU PARQUET

Sur le réseau social Facebook, une jeune femme, sous le coup de l’émotion, a évoqué avoir fait l’objet d’une agression pour une « cigarette refusée »...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser