portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Politique

PORTRAIT D’UN COUPLE EN MARCHE VERS LE POUVOIR

Le duo vert Matthieu Theurier et Priscilla Zamord semble figurer parmi les favoris de ces élections municipales de mars 2020. Voyons un peu s’ils sont en capacité de remporter ce suffrage…

                                           Atouts

Le vent de l’écologie. Les deux candidats écologistes bénéficient sans aucun doute d’une dynamique française et mondiale en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique et d’une diminution des émissions de gaz à effet de serre. Dans de nombreux pays, les verts ont le vent en poupe dans de nombreux pays, dans l’hexagone, et ici dans la capitale bretonne où ils ont souvent obtenu d’excellents scores sans pour autant avoir accédé à la première place.

Des candidats jeunes et écolos.  Les deux candidats donnent un coup de jeune aux élections municipales rennaises qui ont parfois connu des candidats anticonformistes mais qui n’étaient pas en capacité d’accéder au poste ultime. Cette fois-ci, ils ont carrément du potentiel.

Une ville à bout de souffle.  les écologistes rennais proposent un projet de transition écologique pour en finir avec une densification urbaine affolante et une circulation automobile épouvantable. Les Verts arriveraient à propos…

                              Les faiblesses

Une pensée magique. À Rennes, les verts ne se cachent pas d’être situés à l’extrême gauche de l’échiquier politique. Semblant parfois plus proches du mouvement Extinction Rebellion que d’une écologie politique à même d’accéder à un pouvoir local, ils oublient l’adage qui dit que « vous n’apprendrez jamais rien si vous pensez que vous avez toujours raison ». Pour gérer une cité, il ne suffit pas de vouloir uniquement se satisfaire à soi-même et à son groupe d’affinités sociales et culturelles. Il est nécessaire de s’occuper de tout le monde.

Des projets mal ficelés ? Les verts rennais donnent souvent l’impression de confondre vitesse et précipitation quant à leur volonté de lutter contre le réchauffement climatique et la pollution. La faute peut-être à cette pensée magique et à cette conviction ultime qui se répercutent dans l’action politique souvent emplie d’émotion et d’impatience et d’empressement. Une action politique mal préparée, pensée et évaluée qui conduit à construire des pistes cyclables dangereuses, qui devront peut-être être de nouveau reconstruites dans le futur, ou à imposer le passage inutile à 80 km/h sur la rocade rennaise. Clairement, dans ce dernier cas, les écologistes n’avaient pas écouté les voix de la sagesse qui leur disaient que ça ne marcherait pas…

Des alliances incertaines…Bien que les prévisions électorales soient très bonnes pour les Verts, Mathieu et Priscilla seront probablement confrontés à l’acceptation d’une alliance ou fusion des listes au second tour avec Nathalie Appéré, car ils sont peu compatibles avec la France insoumise qui aimerait pourtant bien marcher main dans la main avec eux. La maire socialiste acceptera-t-elle cette fois-ci de manger son chapeau en refaisant une alliance avec des partenaires verts peu solidaires durant le mandat ? Telle est la question essentielle qui déterminera la tournure du deuxième tour des élections… Tout dépendra des scores obtenus par les deux listes alliées durant le mandat et opposées durant le premier tour…

La gestion des deniers publics. La pensée magique citée auparavant amène les candidats écologistes à sortir d’un coup de baguette magique des sommes affolantes : un milliard par exemple pour la transition écologique. Mathieu Theurier, qui exerce par ailleurs comme consultant en économie sociale et solidaire, se soucie-t-il que ce soit toujours les mêmes catégories de Rennais – et surtout ceux de la classe moyenne qui ont du mal à joindre les deux bouts – qui financent le budget et la gratuité tant souhaité par lui ? Le candidat vert ne se soucie guère par exemple de l’augmentation faramineuse de la taxe foncière… Drôle de justice sociale…

Un soutien national difficile. Malgré le soutien de grands pontes du mouvement écologiste, comme Yannick Jadot, la ligne politique des verts rennais diffère souvent des listes écologistes des grandes villes françaises. Pour preuve, le maire de Grenoble, Eric Piolle, s’est empressé de faire des louanges à l’action de Nathalie Appéré alors que les verts locaux manifestent ouvertement leur opposition à sa politique. Un regard extérieur nous en apprend parfois beaucoup plus sur la valeur de l’action politique locale…

La sécurité. À vrai dire, on n’en attend pas beaucoup sur le sujet de la sécurité d’un candidat écologiste. Mais avec la tournure que prennent les incivilités et la délinquance à Rennes, on pouvait espérer une prise de conscience plus nette de nos candidats verts. La seule proposition qu’ils ont eu pour l’instant, c’est de mettre des caméras pour filmer les dealers des quartiers. Bien que louable, la proposition semble bien éloignée de la réalité. En fait, les verts rennais auraient tendance à nier les chiffres de l’augmentation de la délinquance à Rennes en sous-entendant que ce n’est qu’un sentiment de la population. Ils en oublient par-là que ce sentiment est généré par le chiffre noir de la délinquance, qui est celui des actes qui échappent à la police, celui des actes connus et inconnus qui ne figurent pas dans les statistiques officielles. Et ce chiffre noir est souvent dû à une absence de la police lorsque les victimes en ont besoin. Mais peut-être que ces élections nous surprendront et que les verts sortiront une idée sociétale géniale qui résoudrait tous nos maux…

La gestion d’un conseil municipal ! Deux têtes au perchoir du conseil municipal risquent de poser quelques soucis ! Mais au-delà de cet exécutif dual, une question demeure : seront-ils en mesure de gouverner une cité ? Très peu chez les écologistes ont une réelle expérience politique, juridique et économique. Très peu chez eux ont conscience de la réalité économique du terrain. Derrière leurs grands projets humanitaires, il y a de la réelle politique, des patrons, des promoteurs immobiliers et même des oppositions municipales. Etre dans la majorité municipale est une chose, être au pouvoir en est une autre.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

2 commentaires

  • Flagrant délit de manipulation de la part d’un webzine rennais d’extrême-droite.

    Le titre de l’article est déjà “pute à clics”, il laisse à penser qu’il traite du couple macroniste Gandon-Bachelier or il concerne le binôme (absolument pas en couple à la ville) tête de liste pour les écologistes aux municipales.

    Cet article affirme que les verts rennais se revendiqueraient de l’extrême-gauche, on se demande bien ce que signifie l’extrême-gauche pour ce webzine et comme la maire PS actuelle a intégré, sur le mandat 2014-2020, la minorité écologiste dans la majorité municipale, ça signifierait que le PS rennais serait également extrémiste. Grotesque. Et puis le webzine se contredit lui-même quand il affirme un peu plus loin dans son billet que les écolos seraient “peu compatibles avec la France Insoumise” et que les premiers refuseraient une alliance avec les seconds.

    Le webzine dénigre aussi les écologistes au motif qu’ils seraient proches d’Extinction Rebellion qui, pour rappel, est un groupe non-violent d’alerte sur le désastre écologique, un groupe de grande utilité publique en somme.

    Ce webzine nous ressort l’antienne sur des écolos qui ne seraient que lobbyistes des fleurs et des petits lapins donc pas en mesure de gérer une grande ville comme Rennes, selon ce webzine les écolos seraient par ailleurs utopistes et baseraient leur politique sur la pensée magique. Faut-il rappeler la réalité ? Faut-il rappeler toutes les problématiques écologiques à venir au cours de notre siècle – réchauffement climatique, extinction de la biodiversité, prédation des ressources naturelles, pollution de la biosphère, etc… ? Les scientifiques du monde entier se tromperaient ? L’ONU se tromperait ? Tous les médias nationaux se tromperaient ? Non hélas, ce sont la plupart des autres partis qui ne sont plus crédibles aujourd’hui, ils manquent clairement de sérieux dans leur projet car ils restent tous bloqués sur un modèle de croissance infinie, ce qui est une aberration scientifique, mais incluent quand même quelques mesurettes écologiques dans leur programme, ce qui n’est du coup ni cohérent ni efficace. Les nouveaux utopistes sont donc bien les anciens partis et les nouveaux réalistes sont les écologistes. Le projet global des écologistes rennais, qui sera présenté très prochainement, c’est un modèle de société durable, acceptable via une meilleure justice sociale et réalisable via le consentement éclairé des citoyens. Et ce qui fait la fiabilité d’un mouvement politique écologiste c’est la cohérence et l’efficacité systémique des choix dans tous les domaines de la vie publique.

    Le projet écologiste aurait un coût exorbitant donc irréaliste ? Ce projet a été budgété tout au long du travail d’élaboration, notamment sous la surveillance d’élus qui maîtrisent parfaitement les comptes publics de la ville. Par ailleurs on se demande bien comment le webzine a évalué un projet qui n’a pas encore été rendu public !

    Les écologistes rennais n’auraient pas le soutien national ? Yannick Jadot a soutenu sans aucune ambiguïté la démarche et s’est même déplacé à Rennes à cet effet, le député européen et secrétaire national David Cormand également, le tout nouveau secrétaire national Julien Bayou également. Le webzine ne fait référence qu’à une salutation élégante du maire écologiste de Grenoble sur le travail de quelques femmes maires de grandes villes dont l’actuelle maire de Rennes mais Eric Piolle a certainement eu beaucoup de travail depuis 6 ans donc trop peu de temps pour analyser la situation écologique de la métropole bretillienne.

    Les écolos ne se soucieraient pas de la sécurité ? Assez insultant comme allégation, le projet écologiste prévoit une augmentation des effectifs de la Police Municipale car la ville de Rennes est sous-dotée en la matière et le projet prévoit également des caméras mobiles, pour le reste la compétence relève de l’État et non de la ville.

    Le billet du webzine se conclue sur une drôle de supposition d’une double-magistrature dont il n’a jamais été question de la part des écologistes. Par ailleurs les candidats écologistes seraient très peu à disposer d’une réelle expérience politique, juridique et économique, or encore une fois le webzine ne peut pas avoir connaissance des candidats de la liste puisqu’ils n’ont pas encore été présentés ! Mais les citoyens pourront vérifier par eux-mêmes que la plupart ont actuellement ou ont déjà eu par le passé des responsabilités politiques et/ou professionnelles, votre serviteur lui-même est un professionnel confirmé en matière d’emploi et du cadre juridique associé.

    Bref vous l’aurez compris, ce webzine n’a pas fait là un travail de journalisme mais juste une diatribe de propagande manipulatrice. Rennes Infos Autrement ? Rennes Intox Assurément !

    • Merci pour votre commentaire ! Nous sommes surpris par vos propos outranciers, voire insultants. Mais à l’heure des réseaux sociaux, plus rien ne nous surprend. La liberté de penser est aujourd’hui bafouée par des gens comme vous qui considèrent à l’extrême droite tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Triste époque. Il aurait été de bon aloi que vous nous méprisiez avec intelligence. La rédaction

Laisser un commentaire