"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Politique

POLITIKOS : UN DEUXIÈME FORUM LIBÉRATION !

Premier festival international du film politique consacré à l’exercice du pouvoir, le festival Politikos, se déroule du 1 au 4 novembre au centre des Jacobins. Dirigé par le journaliste Jean-Michel Djian, il a bénéficié de subventions exceptionnelles d’environ 330 000 euros. De l’argent public qui a fait réagir l’association Des films en Bretagne, chargée d’informer les Bretons sur l’activité du cinéma, du documentaire et de l’audiovisuel en région Bretagne. “C’est choquant”, estiment les cinéphiles bretons visiblement blessés par autant d’égard vis-à-vis d’une association parisienne… “On a été complètement négligés, voire méprisés”, affirme l’un deux.

Contre l’organisation de ce festival, plusieurs associations culturelles, dont l’ARBRE, Cinéactions, Comptoirs du doc, les Zarans, Zéro de conduite, Peti Peti, L’étincelle, CinéActions, ont cosigné une tribune. Ils ont organisé une contre-soirée qui aura lieu le samedi 3 novembre à la Parcheminerie pour briser la dynamique du festival parisien. “Le fondateur Jean-Michel Djian invite à réfléchir sur notre sort de citoyen (…). En qualité de citoyens, nous voulons lui poser les bonnes questions et l’inviter à réfléchir sur ce festival haut de gamme, sur son parisianisme, sur ses subventions exceptionnelles…” Un autre jeune dénonce l’offensive médiatique. “Notre quotidien a été dans son édition de jeudi jusqu’à placer un quizz « vrai-faux » sur le festival pour lever les doutes justifiés de la population. Contre l’éculé et le préfabriqué, j’irai donc samedi à la contre-soirée au théâtre de la Parcheminerie pour écouter d’authentiques acteurs de la vie politique locale et régionale.”

Pour répondre aux critiques et sauver les meubles, le festival Politikos a réagi par une offensive médiatique en diffusant via le média partenaire local Ouest-France une communication ciblée sur un festival ouvert à tous, sur des films et débats intéressants et crédibles. Il met en avant la qualité des débats et des intervenants de François Hollande à Frédéric Mitterrand en passant par Najat Vallaud-Belkacem, Aurélie Filipetti, Edmond Hervé, Xavier Bertrand, Jean-Pierre Daroussin, Pierre Méhaignerie, Jean-Yves Le Drian et des journalistes… d’Ouest-France.  “A l’exception de la programmation cinématographique de qualité, explique un observateur éclairé, on a quand même le sentiment d’assister à un deuxième Forum Libé légèrement revisité ! Souvenez-vous, c’était une grande messe au TNB organisée par le journal de Laurent Joffrin…”

Mais pour beaucoup de Rennais, cette polémique autour du festival fait sourire. Un jeune entrepreneur replace le sujet sur l’économie. “Ils nous font rire ou pleurer ces politiques (de gauche!), qu’ils soient des pros de Paris ou des acteurs de terrain de Rennes. L’argent, ce sont les acteurs économiques et les contribuables qui le créent. Eux en profitent ! Moi je n’irai ni dans le festival ni dans le contre-festival. Ce ne sont que des débats de salon qui ne mènent à rien, à l’image de ce qui s’est passé il y a quelques temps avec le forum Libération qui n’a abouti à rien en dépit de l’argent dépensé par les collectivités territoriales.”

A propos de l'auteur

Dragan Brkic.Jean-Christophe Collet

Laisser un commentaire