maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

PLAQUE OUBLIÉE EN MÉMOIRE D’UNE VICTIME COLLATÉRALE D’UN BOMBARDEMENT ANGLAIS : L’ABBÉ ARISTIDE LAUNAY

test2

L’abbé Aristide Launay est désormais oublié des Rennais. Il a pourtant l’insigne honneur de posséder une plaque dans la cour des locaux et des salles de la T.A (Tour d’Auvergne), passage du Couëdic. Non sans raison, il fut le directeur de l’école de la T.A jusqu’à ce qu’il ne meure dans le bombardement de l’établissement et du patronage du 8 au 9 juin 1944.

Comme de nombreux rennais, le religieux fut une victime collatérale des bombes de la Royal Air Force sur la capitale bretonne, dans la nuit du 8 au 9 juin 1944. Cette nuit-là, les bombardiers britanniques ont lâché des bombes durant une bonne trente de minutes sur les ateliers de la Gare, la rue Saint-Hélier, la rue Dupont des Loges, la rue Duhamel, l’avenue Janvier, le boulevard de la Liberté, la rue du Vieux-Cours, la place Saint-Germain, endommageant l’église, et même sur la rue d’Échange, la rue de Dinan et la rue Legraverend, à 1700 mètres des voies ferrées (sources : wikirennes)

Après ces bombardements, L’Ouest-Eclair (journal collaborationniste) fit état de “raids terroristes de l’aviation anglo-américaine sur la population civile de Rennes”. Il donna une première liste de 56 victimes dont les obsèques eurent lieu dans la vieille chapelle désaffectée du Cercle Paul Bert, rue de Paris, en présence de Mgr Roques. On ne sait si l’abbé fit partie de cette liste, comme on sait encore moins qui fut l’homme ! Avis aux érudits rennais…

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire