CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Faits divers

PLACE DES LICES : VIOLENTES ALTERCATIONS ENTRE POLICIERS ET FÊTARDS

test2

Comme tous les jeudis soir, la place des Lices était noire de monde ! Comme tous les jeudis soirs, des policiers étaient en patrouille pédestre pour sécuriser les lieux. Devant le Bar Hic, peu avant minuit, ils ont été outragés par un individu âgé d’une vingtaine d’années. Au cours de leur interpellation, ils ont été pris à partie par des fêtards rennais et ils ont reçu des bouteilles et différents projectiles. Deux personnes, dont l’individu irascible et un mineur, ont été placées en garde à vue. 

Immédiatement, de nombreux étudiants ont réagi sur les réseaux sociaux. “C’était vraiment de l’amateurisme de la part de la police”, expliquait l’un d’eux. “Les policiers ont créé un mouvement de foule potentiellement très dangereux avec leurs lacrymogènes. Nous n’assistons jamais à ce genre de violences, habituellement. Leurs actions n’ont pas été bénéfiques.” Même sentiment chez Arthur : “C’était très tendu. Les policiers demandaient aux étudiants d’arrêter de filmer avec leur portable.”

                                      “Nous aurions 50 000 motifs de le faire!”

Chez les forces de l’ordre, le sentiment oscille entre colère et incompréhension. “Sous instruction hiérarchique, on nous demande de sécuriser les soirées festives du jeudi soir”, explique Frédéric Gallet, responsable départemental du syndicat, Alliance Police Nationale. “Nous sommes en mission de service public et nous sommes là pour aider les fêtards en cas de coma, de malaise, d’agression. Les étudiants ne sont pas sans savoir qu’il existe dans notre ville des mineurs isolés très agressifs… Nous ne sommes pas là pour les em….Si on voulait les embêter, nous aurions 50 000 motifs de le faire !” 

“En application d’un arrêté municipal interdisant la consommation et le transport d’alcool, ajoute le policier, nous pourrions très bien les interpeller, les verbaliser. Nous les laissons faire par souci d’apaisement. ” En contrepartie, les forces de l’ordre ne comprennent pas les invectives, les violences.  “Le problème est d’ordre éducatif et sociétal. A Rennes, il y a une très forte concentration de gens d’ultragauche qui cultivent un sentiment primaire anti-flic. Certains n’ont pas peur de se faire embarquer. Ils provoquent. Ils font tout en sorte pour cela se passe mal pour se poser ensuite en victime. On ne comprend pas leur démarche intellectuelle. C’est triste d’en arriver là !” Aucune réaction de la mairie, ce soir. 

Le majeur sera jugé en comparution immédiate mardi prochain. Le mineur de 17 ans sera déféré devant un juge des enfants. Pour en savoir plus sur les circonstances de l’incident : les articles de nos confrères Ouest-France et 20 Minutes

Phrase du jour: “Les policiers sont suffisamment intelligents et professionnels pour faire en sorte de “figer” la situation en attendant les renforts”. Frédéric Gallet.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire