15.7 C
Rennes
vendredi 21 juin 2024
AccueilActualitésPAS DE TRAIN SUR LEURS TERRES

PAS DE TRAIN SUR LEURS TERRES

Petite pluie fine, ce vendredi 10 mars, sur la capitale bretonne. Mais pas de quoi entamer le moral des manifestants contre la nouvelle ligne à grande vitesse envisagée entre Rennes et Redon. « Quel que soit le tracé, à l’Ouest ou à l’Est de la Vilaine, nous serons dans tous les cas impactés », martèle le maire du Val d’Anast, Pierre-Yves Reboux, et président de l’association, Les Vallons de Vilaine. « Pour gagner onze minutes de plus, on va sacrifier au moins 600 hectares. » 

Comme bien d’autres élus, Pierre-Yves Reboux trouve ce projet « complètement totalement incohérent et même contradictoire » par rapport aux injonctions de l’État. « Les autorités étatiques nous demandent de consommer moins de terres pour loger les gens. Elles souhaitent zéro artificialisation nette, mais elles continuent à faire comme si de rien n’était ! Ce programme ne dessert pas les territoires ruraux et ne bénéficiera pas à nos habitants. » 

Au lieu d’un tel projet, beaucoup en appellent à une vraie réflexion sur les trains du quotidien entre la métropole et les communes. 

Un avis partagé par Thierry Beaujouan, maire de Guipry-Messac et président de la communauté de communes des Vallons de Bretagne. « Ce projet va grignoter nos terres. Il intervient au moment même où nous sommes limités dans nos constructions, malgré une forte exigence de la population. » Contre cette future grande ligne, les élus sont mobilisés avec les agriculteurs, la Confédération paysanne et la FDSEA. Et leurs habitants. Juste avant la discussion du contrat de programmation État-Région, ils demandent aux conseillers régionaux et financeurs nationaux d’être enfin écoutés. 

Dans un communiqué, la préfecture assure rester à l’écoute. « Le grand projet de liaisons nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire (LNOBPL) est conduit depuis plusieurs années par SNCF-Réseau », explique le préfet. « Il a donné lieu à plusieurs phases d’échanges approfondis avec les territoires : débat public en 2014, concertation complémentaire en 2016/2017, dialogue en 2021/2022. »

LNOBPL viserait à augmenter la capacité du réseau ferroviaire au profit de tous les types de circulations : longue distance (TGV), inter-villes (relations entre les agglomérations) et de proximité (desserte des territoires périurbains des métropoles). « Le 10 janvier 2023, un comité de pilotage a associé les partenaires-financeurs du projet (les deux régions, les quatre départements bretons, les trois villes de Brest, Rennes et Nantes). Il a permis de définir une trajectoire qui a pour volonté de moderniser le réseau existant et de répondre aux besoins de déplacements dits du quotidien. » 

Toutes les options seront travaillées dans le futur volet Mobilités 2023-2027 du CPER (contrat état-région) dont les négociations seront prochainement entamées. « Un comité de pilotage du programme sera à nouveau réuni au printemps pour confirmer les conditions de poursuite des réflexions. » L’État reste à l’écoute des territoires pour construire avec ses partenaires les mobilités bretonnes de demain. Des représentants du sud de l’Ille-et-Vilaine, venus manifester leur inquiétude ce 10 mars 2023, ont été reçus en préfecture de région. Seul regret des maire, le préfet n’était pas présent. 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

QUE FAIRE CE WEEK-END ?

Rennes Infos autrement vous propose de découvrir les animations du week-end. Des concerts, des expos, des visites. Voici le programme. Expos : Cuir, une matière...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser