CECI EST UN TEST 1
Actualités

NEWS MUNICIPALES

test2

Carole Gandon visite Rennes. Carole Gandon (En Marche) est en campagne. Elle visite Rennes pour asseoir sa notoriété. Mercredi dernier, elle était au marché de Sainte-Thérèse accompagnée de quelques militants. Samedi, elle se prenait en selfie au sein de la manif de la Marche Rose avant de visiter la ferme urbaine du Blosne. Sur Twitter, elle commentait cette visite. “Sensibilisation sur l’agriculture urbaine, transition alimentaire, production, lien entre ville et ruralité, reconnection des gens avec ce qu’ils mangent, un projet à suivre, une réflexion à accompagner? » Décidément, l’écologisme est à la mode !  

Où en est Nathalie Appéré ? La réflexion des 6 condisciples de Nathalie Appéré, chargés d’écouter la cité, va-t-elle déboucher sur une révolution ? À lire l’intitulé d’une récente réunion, on a du mal à l’imaginer… Le 10/10, il était prévu au local de la rue de la Chalotais de discuter de la nécessité d’avoir besoin des artistes : A-t-on encore besoin des artistes ?  Les réseaux sociaux n’ont pas manqué de se moquer…en rappelant l’importance d’un certain nombre de dossiers rennais. 

La charge d’Amélie Dhalluin. “Que la majorité municipale dise que parler d’insécurité à Rennes est démagogique est juste révoltant ! Que dire aux Rennais qui parfois détournent leurs chemins ou ne sortent plus seuls le soir? Que dire aux policiers municipaux qui demandent juste les moyens de se défendre ? Nier ce problème ne résout rien et fait preuve d’une regrettable déconnexion avec les attentes des Rennais”, a-t-elle commenté. 

La charge contre la presse. Nagère, les élus politiques respectaient un tant soit peu la presse. Liberté de la presse oblige. Mais aujourd’hui tout se perd. Florian Bachelier, notre député, a évoqué une “démission collective” de la presse au sujet du” raté” sur l’affaire Dupont de Ligonnès. Espérons seulement que les affaires récentes d’En Marche ne soient pas la cause d’une telle attaque.

Rassemblement national. Pour son premier communiqué envoyé à notre rédaction, nous espérions de la part du Rassemblement national un laïus sur l’urbanisme, l’insécurité ou encore la mobilité. Pas de chance, le couplet était sur les migrants. “Le Conseil municipal de Rennes s’est tenu hier et a encore montré l’angélisme et la totale déconnexion des élus qui y siègent, notamment la majorité socialiste et leurs complices dits “écologistes”. Alors que 60% des Bretons estiment que nous avons déjà accueilli trop de migrants, le parti socialiste continue sa fuite en avant et le laxisme migratoire. Leurs alliés “écologistes” ne sont pas en reste puisqu’ils ont trouvé le moyen, dans une intervention larmoyante dont ils ont le secret, de dénoncer les expulsions de migrants géorgiens, expulsions qui ne sont pourtant que la simple application de la loi ! Mais on trouve encore des élus pour jouer les vierges effarouchées par pur électoralisme et au mépris total de la loi ! La France n’a que trop souffert du laxisme migratoire.”

Les écologistes rennais ne sont pas en reste. On aurait cru que les écologistes rennais avaient pris la mesure des problématiques rennaises afin de conquérir la mairie… Mais eux aussi se contentent de débattre de façon ésotérique, uniquement pour leur public de convaincus. Ils viennent de discutailler ce dimanche 13 octobre du “Temps En non-mixité”.  Avouons-le, au premier chef, l’intitulé est un peu abscons. En fait, il s’agissait de débattre de la place des femmes en politique dans les institutions, sur la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, et pour les politiques locales en faveur de l’égalité…Tout le monde l’aura compris !  

Pinault. Les écologistes rennais ne sont pas d’accord avec le prix onéreux de l’exposition Pinault. “Ce projet ne représente pas pour les écologistes une proposition artistique à la hauteur de la créativité et de la diversité de la vie artistique qui fait l’identité de Rennes.” Mais pour comprendre cette fronde contre l’exposition Pinault qu’ils avaient soutenue il y a deux ans, il faut plonger dans les coulisses de la politique. Car ce qui dérange les verts rennais, ce n’est pas tant l’exposition ! C’est que l’annonce de l’exposition et de son coût ait été faite par l’adjoint aux Finances et Destination Rennes et non par l’adjoint à la culture écologiste, Benoît Careil. Le divorce des socialistes et des écologistes est bien prononcé… 

Charles Compagnon en campagne ! Charles Compagnon, lui, commence par le thème porteur et sensible de la sécurité. Il dénonce l’inaction de la maire en matière de délinquance et d’incivilités. Marc Hervé, adjoint au maire, lui répond du tac au tac en égrenant les mesures prises par la municipalité…La sécurité, ou plutôt l’insécurité, risque d’être au coeur des débats municipaux. 

A propos de l'auteur

Dragan Brkic.Jean-Christophe Collet

Laisser un commentaire