CECI EST UN TEST 1
Actualités Politique

NEWS MUNICIPALES

test2

Un repas entre Carole Gandon et Franck Darcel. Sur sa page Facebook, Franck Darcel, candidat à la mairie de Rennes, a publié un “post” où il écrit “déjeuner politique ce midi en baie de Morlaix avec Daniel Paboeuf au sax radical, Thierry Alexandre à la basse coco, Sebastien Lorho au pipeau républicain et ma pomme à la bombarde libérale libertaire.” Il voulait sans doute réagir avec ironie au papier d’Ouest-France évoquant un repas entre Carole Gandon et lui-même….Rien de méchant pour le guitariste-candidat qui reçoit aujourd’hui le soutien de ses proches : “comment un homme de la Culture comme lui pourrait-il s’engager pour une liste de Macron ? Cela parait aujourd’hui difficile.” En revanche, l’histoire ne dit pas si le repas a eu lieu chez Charles Compagnon, lui-même candidate de la droite et propriétaire d’un restaurant place des Lices… 

Des tags sur le mur du restaurant. “Nouveau tag (elle court la révolte) sur le mur du Carré”, réagit Charles Compagnon, restaurateur du dudit restaurant et candidat de la droite aux municipale sur sa page Facebook.  “Comment l’interpréter ? Sont-ce des encouragements ou des menaces ?  Je dis oui au Street Art mais non aux incivilités. Dans trois mois à Rennes, on dit “stop” ou encore ?” Fera-t-il comme l’agence Blot ? Recouvrira-t-il son mur d’une grande fresque artistique (ou électorale) pour éviter les slogans de nos ultras-gauche ? 

Soutien fort logique. Loïg Chesnais-Girard reste Socialiste. Président de la Région, il apporte aujourd’hui son soutien à Nathalie Appéré, candidat à la mairie de Rennes. Que dira son mentor et aujourd’hui ministre du Gouvernement d’Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian ? Lui tapera-t-il sur les doigts ? 

Une autre présidence. “Plusieurs Maires sortants et candidats aux élections municipales de mars 2020 nous ont fait part de leur vif intérêt pour notre démarche de construction d’un projet métropolitain alternatif, au-delà des clivages politiques de la ville centre”, expliquent Grégoire Le Blond, maire de Chantepie et vice-président de Rennes Métropole et Philippe Bonnin, maire de Chartres de Bretagne. “L’intérêt des élus actuels, et des candidats aux élections municipales de 2020, pour la démarche que nous avons initiée, renforce notre détermination à co-construire un projet métropolitain qui redonne leur part d’initiatives aux communes.” Cela va faire du monde au perchoir de Rennes Métropole !

Entre extrême-gauche et extrême droite, rien ne va plus. “Le Papier Timbré est un bar-librairie bien connu de l’extrême-gauche rennaise”, a expliqué Emeric Salmon lors de la dernière du conseil régional. Tenu par Jean-Marie Goater, adjoint de la Maire socialiste Nathalie Appéré, il est le lieu de rassemblement habituel des milices violentes d’extrême-gauche qui cassent régulièrement le centre-ville et agressent toute personne ne partageant pas leurs idées. Ce bar-librairie organise notamment des soirées de soutien à ces milices, des réunions du NPA et d’Alternative libertaire ou encore des évènements où le drapeau français est prohibé. Suite à l’agression d’une policière devant l’établissement en juin dernier, il a fait l’objet d’une fermeture administrative. Tout récemment, la Préfecture a de nouveau demandé sa fermeture suite aux nombreuses plaintes de riverains. Nous constatons depuis le début de notre mandat que les éditions du Papier Timbré sont très régulièrement subventionnées par le Conseil régional de Bretagne. Les ouvrages sont généralement très marqués idéologiquement, allant notamment de la promotion de la théorie du genre à la pornographie : « Le B.A-BA du sexe entre meufs et personnes queer » en est le dernier exemple. Par respect pour les contribuables bretons, allez-vous, Monsieur Le Président, mettre fin à ces subventions politisées ?” En clair, par rapport à la liberté d’édition, allez-vous monsieur le Président, mettre fin aux subventions culturelles ? 

Triste agression d’un élu. “Les maires de nos communes incarnent la République en agissant en nom au plus près des concitoyens”, a expliqué Françoise Gatel, sénatrice d’ille-et-Vilaine. “Agresser un maire, c’est bafouer les valeurs de la République et ceux qui la servent. Je dis à Vincent Denby-Wilkes, maire de Saint-Briac, violemment agressé tout mon soutien et ma plus grande solidarité. Cette agression fait suite à celles de beaucoup d’autres élus dans notre pays. Elles doivent être sévèrement punies car elles sont intolérables. Cette agression confirme toute l’utilité du projet de la Loi Engagement et Proximité destiné à améliorer les conditions d’exercice de la fonction de maire. Frapper un maire, c’est toucher la République au coeur.” 

 

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire