15 C
Rennes
jeudi 30 mai 2024
AccueilActualitésMARCEL LE HIR : DE LA MISÈRE À L'ÉCRITURE

MARCEL LE HIR : DE LA MISÈRE À L’ÉCRITURE

La vie de Marcel Le Hir est digne d’un film de Charlie Chaplin. Comme pour l’acteur, elle a été durablement marquée par la pauvreté. Rencontre avec un homme devenu écrivain et témoin de la misère.

   

                                       Des baraquements à l’alcool

Son père quitte Brest en 1944 (quasiment détruite par les bombardements alliés) pour rejoindre Vitré où il est hébergé dans une cité d’urgence. C’est dans ce contexte morose que Marcel naît en 1951. Pour ce mioche des années cinquante, la vie n’est pas facile dans des baraquements de fortune où la misère y est plus que présente.  « On ne fêtait ni Noël ni le nouvel an », raconte-t-il d’un air ému. « Les jours se ressemblaient tous. On vivotait. Les jouets, on les récupérait dans les poubelles, comme notre nourriture. J’étais un enfant malheureux. Je vivais dans la haine. La société nous stigmatisait, nous jugeait. »
Comme si cette situation sociale de paria ne suffisait pas, l’assistante sociale de la DDASS décide de le retirer à ses parents en le plaçant dans une institution religieuse ! Il a quinze ans tout juste. « J’ai énormément souffert d’être séparé de mes parents par la force ! Après avoir été placé dans une famille d’accueil, je suis revenu chez eux à 17 ans et demi. »
En 1974, les baraquements sont détruits. Marcel, lui, bourlingue à travers la France en y effectuant des petits boulots (comme les vendanges). « C’était difficile de vivre après avoir vécu dans cette mouise. Par-dessus le marché, je suis tombé dans l’alcool. Ma copine s’appelait la bouteille dans les moments difficiles. » 
Vers l’âge de 28 ans, il arrive tout de même à se stabiliser et, vers 40 ans, il trouve assistance auprès d’ATD quart monde. « Ils m’ont écouté mais ne m’ont pas jugé, j’y ai rencontré l’amitié. » Néanmoins, la vie reste toujours aussi compliquée. Car, ayant fondé une famille, ils sont sept à vivre dans un taudis de 3 pièces !

                                    Un coup de pouce du destin
Un véritable miracle va heureusement changer profondément sa vie. « Lors d’un témoignage à l’église Sainte-Thérèse, une personne m’a entendu. Ce monsieur m’a trouvé du travail au service des sports de la ville de Rennes ! » Deux ans après, il est titularisé et travaille successivement au Stade de Courtemanche puis sur la plaine de jeu de Bréquigny. Malheureusement, sa femme décède après 9 ans de vie commune. Un véritable crève-cœur pour lui…
À la fois romanesque et réaliste, cette vie le pousse à écrire un livre autobiographique, Ceux des baraquements, paru aux « éditions Quart monde ». Puis il commence à témoigner dans le milieu scolaire. « Je vais dans les écoles. Je sensibilise les jeunes sur le regard que l’on porte sur autrui, pour les inciter à ouvrir leur cœur et à redonner de l’espoir aux autres, pour leur montrer aussi que tous ceux qui sont passés par les baraquements ont réussi dans la vie. » Marcel interviendra le 22 janvier au collège-lycée La Providence de Montauban. Trois classes ont travaillé sur son livre avec leurs professeurs. Ils auront à cœur de débattre avec lui sur cette expérience forte et intense de notre monde contemporain. Ceux des baraquements – éditions Quart Monde, 2005 – 15 euros. Pour en savoir plus : https://www.atd-quartmonde.fr/produit/ceux-des-baraquements/

Dragan Brkic
Dragan Brkic
Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

// Dernières nouvelles publiées

CE WEEK-END : UNE GUINGUETTE GOURMANDE DANS UNE CHAMPIGNONNIÈRE

Le week-end du 1er et 2 juin, laissez-vous tenter une expérience inédite et festive à Pacé. La champignonnière bio Amyco, en collaboration avec la...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser