Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités Faits divers

MAGALI BLANDIN : LE MYSTÈRE DEMEURE SUR SA DISPARITION

test2

Encore aujourd’hui, ce 19 février 2021, des battues ont été organisées dans deux bois, près de Montfort-sur-Meu pour retrouver Magali Blandin. Elles ont mobilisé une centaine de gendarmes et une centaine de bénévoles, sans compter les enquêteurs judiciaires mobilisés.

Depuis trois jours, les recherches ont permis de fouiller plusieurs zones sur une superficie totale de 10 km2 situé sur la commune de Montfort sur Meu ainsi que de sonder 10 km de deux cours d’eau (le Garun et la Meu), 7,5 km de leurs berges et une dizaine de points d’eau statique. “Ces recherches conduites dans une eau trouble ne présentant aucune visibilité, n’apportent pas une réponse définitive quant à une présence éventuelle d’une personne ; ce pourquoi les vérifications en ce domaine vont se poursuivre.”

Pour l’instant, l’enquête judiciaire se poursuit. “Aucune piste n’est définitivement écartée”, explique le colonel Sébastien Jaudon, chargé de l’enquête et patron des gendarmes d’Ille-et-Vilaine.  “Des investigations se poursuivent et des enquêtes de voisinage seront réalisées prochainement. Les battues visent aujourd’hui à trouver des éléments de preuves (traces de pas…). Elles vont décroître au fil des jours. Nous allons désormais concentrer nos efforts sur l’enquête judiciaire.”

Disparue depuis le 11 février

Magali Blandin, épouse Gaillard, née le 23 novembre 1978 et domiciliée à Montfort sur Meu (35), a disparu depuis le 11 février 2021. Mais sa disparition a été déclarée le vendredi 12 février à 17 h 04 par une collègue de travail, elle-même alertée par l’école où cette mère de famille ne s’était pas présentée pour récupérer ses enfants. “Immédiatement, une enquête pour disparition inquiétante d’une personne majeure a été ouverte”, explique ce soir le Procureur de la République, Philippe Astruc. “Elle a été confiée à la brigade des recherches de Montfort-sur-Meu sous l’autorité du parquet de Rennes.”

La disparition de Magali intervient quelques mois après sa décision de quitter le domicile familial situé à Montauban de Bretagne dans les premiers jours de septembre 2020. Après son départ, elle séjournait dans sa famille avant de prendre un appartement en location à Montfort-sur-Meu. Entretemps, le 3 septembre 2020, elle déposait une plainte pour violences conjugales en faisant état auprès des enquêteurs de plusieurs autres épisodes ponctuels au cours de la vie conjugale. “Elle déclarait cependant à cette occasion avoir pu elle-même se montrer violente”, explique le Procureur. “L’enquête devait être classée sans suite (“infraction insuffisamment caractérisée”) par le parquet de Rennes le 4 septembre 2020 à la suite de l’audition en garde à vue de son mari. L’enquête mettait en lumière un contexte de tension au sein du couple pour des raisons financières.”

Une situation familiale tendue

Le 19 octobre 2020, Magali Blandin entamait une procédure devant le Juge aux affaires familiales de Rennes afin de statuer rapidement sur des mesures provisoires concernant les quatre enfants du couple nés en 2006, 2008, 2013 et 2017. “Dans le cadre de cette procédure, l’audition des deux ainés était sollicitée. Elle intervenait au début du mois de février et traduisait un climat de forte tension avec leur mère”, confie le Procureur. Une audience de non conciliation devait être d’ailleurs fixée au 8 mars 2021.

Lors de la disparition de Magali Blandin, les enfants du couple étaient à la charge de leur père.

Leur mère confirmait le jeudi 11 février en début de matinée un rendez-vous chez une psychologue de Pleumeleuc. Elle rédigeait ensuite un projet de message par mail à son mari au sujet de la garde de sa progéniture durant le week-end à venir, message faisant suite à un contact téléphonique difficile avec ses enfants la veille. “Elle ne devait cependant pas se rendre au rendez-vous et quittait seule à pied son logement vers 10 h, malgré les conditions climatiques difficiles de cette matinée”, ajoute le Procureur.

Depuis sa disparition, des éléments de téléphonie (confirmés par l’action des chiens pisteurs) ont permis de retracer son cheminement jusqu’au nord de Montfort-sur-Meu où sa trace est perdue en fin de matinée dans une zone de bocage, située non loin du cours d’eau le Garun.

Eu égard au contexte de séparation, des vérifications ont été faites auprès du mari de Magali Blandin. Elles n’ont révélé, en l’état, aucun élément l’associant à cette disparition ou laissant à penser à sa présence à Montfort sur Meu au moment des faits. Une information judiciaire pour disparition confiée à un juge d’instruction de Rennes sera donc ouverte lundi afin de poursuivre les investigations. Fait à noter, plusieurs maisons ont été cambriolées dans le secteur d’Iffendic et de Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) ce mercredi 17 et jeudi 18 février. L’ex-mari de Magali Blandin fait partie des victimes (voir l’article de France Bleu Armorique). 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire