5.7 C
Rennes
jeudi 26 janvier 2023
AccueilActualitésLUTTE CONTRE LES STUPÉFIANTS : L'ACTION DE LA JUSTICE N'A PAS FAIBLI

LUTTE CONTRE LES STUPÉFIANTS : L’ACTION DE LA JUSTICE N’A PAS FAIBLI

À l’occasion de l’audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire, le procureur de la République a tenu devant les autorités de la ville à rappeler l’engagement de ses services contre les stupéfiants. « Notre action (avec les forces de sécurité intérieure) n’a pas faibli », explique-t-il. « Elle s’est traduite très concrètement par l’incarcération de 269 « mis en cause » et condamnés auxquels s’ajoutent les 458 suivis en milieu ouvert, soit plus de 700 personnes, sous la main de justice. »

En 2022, la nécessaire politique de « responsabilisation » des usagers s’est poursuivie en 2022. « Nous avons délivré 1688 amendes forfaitaires délictuelles pour consommation de stupéfiants (pour un taux de paiement spontané de plus de 48 %). » Cette année, une évolution inquiétante a retenu l’attention des autorités judiciaires. « Nous avons constaté l’occupation par des revendeurs de halls d’immeubles, avec parfois un véritable contrôle des allées et venues particulièrement insupportables pour les riverains. Aussi avons-nous intensifié les verbalisations (une centaine des délits relevés). »

Dans les affaires dites « règlements de comptes », l’année 2022 a été marquée comme en 2021 par un décès et deux « poussées de fièvre » en juin à Maurepas et plus récemment à la Bellangerais (huit référencés). « Notre stratégie demeure et demeurera  la même », assure le procureur de la République. « Nous engageons des moyens massifs de police judiciaire. Cet engagement nous a déjà permis d’élucider 6 des 8 évènements, de mettre en cause 24 personnes dont 20 sont actuellement écrouées. Depuis 2018, nous recensons 28 faits de ce type, dont 2 mortels. Vingt ont déjà été résolus (soit 71 %, ce qui constitue un chiffre particulièrement élevé au niveau national). Soixante-cinq personnes ont déjà été mises en cause, dont 21 d’ores et déjà jugées avec des peines d’empoisonnement d’un quantum tout à fait lisible. » 

Infos + : « plus de 13 000 procédures (dans tous les contentieux) sont en cours au commissariat de Rennes et menées par 110 officiers de police judiciaire », a expliqué le Procureur de la République. « Aujourd’hui, il faut près de 12 mois pour une convocation devant la juridiction correctionnelle au sortir de la garde à vue, en dehors des comparutions immédiates. »  Face à la surcharge de travail, le procureur espère une éclaircie comme le premier président de la Cour d’appel de Rennes (voir notre article : https://www.rennes-infos-autrement.fr/cour-dappel-de-rennes-un-nouveau-president-au-parcours-brillant/). « L’augmentation des moyens humains et budgétaires pour notre institution ne peut qu’être saluée (..). Nous arrivons collectivement à faire face à l’essentiel et nous « tenons la tranchée » comme aurait pu dire le Premier Président Ronsin. » Crédit photo : tribunal. 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

LE PARCOURS DE LA MANIF

Une manifestation contre la réforme des retraites aura lieu le 31 janvier 2023 dans le centre-ville de Rennes, à partir de 11h. Mais le...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser