CECI EST UN TEST 1
Actualités Stade Rennais

LES SUPPORTERS DOIVENT VENIR AUTREMENT AU STADE 

test2

Pas facile de se rendre au stade, les jours de grands matchs ! Mais avec l’ouverture de la ligne B, les autorités préfectorales et municipales ont bon espoir de réguler la circulation. « De la nouvelle station Cleunay, les supporters disposeront de vingt minutes de marche pour rejoindre le Roazhon Park », assure Cyrille Morel, adjoint au maire. 

Depuis le début de l’année, 150 véhicules ont été verbalisés aux abords du stade (source : police)

En sus du métro, les supporters rennais pourront emprunter les lignes de bus, leurs vélos (374 arceaux aux abords du stadium), les parcs relais ou utiliser le covoiturage. Mais ce dispositif suffira-t-il pour lutter contre les stationnements désordonnés ? « Nous sommes au stade des retours d’expérience », répond la directrice de cabinet de la préfecture, Élise Dabouis. « Nous avons déjà repéré des situations dangereuses et anarchiques, portes de Cleunay et de Lorient », ajoute Pascal Renat, chef du pôle circulation et information de la direction interdépartementale des routes Ouest (DIRO). « En pleine nuit, nous avons même observé des familles marcher sur des bretelles de rocades. » 

Luca Togni, directeur départemental de la Sécurité publique, et Cyrille Morel, adjoint au maire.

Pour lutter contre cette « anarchie », la DIRO prévoit deux démarches : l’installation de panneaux à message variables aux abords du périphérique et l’info des usagers par des équipes pédagogiques. « Nous mènerons une action de sensibilisation par des encarts et des annonces de nos speakers auprès des supporters », précise Pierre Juhel, directeur du stade pour le Stade rennais FC. 

Tout autant mobilisée, la police sensibilisera les automobilistes contre les stationnements dangereux, lors des prochains matchs. Elle distribuera des affiches (voir notre photo), verbalisera les contrevenants et, à plus ou moins long terme, passera à la vitesse supérieure : la mise en fourrière des voitures. « L’enjeu n’est pas de réprimer, », note la directrice du cabinet. « Il est de faire évoluer les comportements et de renoncer si possible à l’automobile pour se rendre au stade. À l’occasion de l’ouverture de la ligne B, c’est peut-être le bon moment pour inciter les spectateurs à venir autrement dans l’enceinte de la route de Lorient. » 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire