CECI EST UN TEST 1
Actualités

LES LÉGISLATIVES S’INVITENT AU CONSEIL MUNICIPAL

test2

L’Union populaire écologique et sociale (Nupes) fait réagir jusqu’au conseil municipal de Rennes. Ce lundi 16 mai, lors des interventions des groupes politiques, elle fut l’objet d’une passe d’armes musclée. La première à « dégainer » fut Carole Gandon (En Marche). Elle a convié la majorité à « retrouver le chemin de la raison, à écouter à nouveau Bernard Cazeneuve et à se souvenir de l’universalisme républicain de Jaurès et de Mitterrand. »

Comme l’ancien maire PS de Rennes, Daniel Delaveau, Carole Gandon ne veut pas de ce « mirage dangereux» pour le pays. « Le PS s’est couché devant LFI pour éviter la disparition. Il a renié ses convictions pour un plat de lentilles », a-t-elle expliqué aux élus rennais, reprenant mot pour mot les propos de l’ex-édile rennais. « Si Jean-Luc Mélenchon gagne son pari, s’interroge-t-elle, quelles en seront les conséquences ici à Rennes ? Sur les 8 circonscriptions d’Ille-et-Vilaine, 5 candidats insoumis représenteront donc la gauche aux élections législatives, » a-t-elle ajouté. 

En tant qu’ancienne socialiste, comme pour tant d’autres sociodémocrates universalistes, laïcs et pro-européens, cette alliance symbolise « le renoncement à un certain nombre de valeurs autrefois défendues bec et ongles par la gauche républicaine. » Et de questionner Nathalie Appéré  : « est-ce avec Jean-Luc Mélenchon, Danièle Obono et Clémentine Autain qui, en 2019, manifestaient à quelques mètres du Bataclan aux côtés des islamistes du CCIF, que le PS désire faire respecter la laïcité ? Est-ce avec Taha Bouhafs qui insultait les « pouilleux de Charlie Hebdo » que vous comptez protéger la liberté d’expression?  Demain, renoncerez-vous à pavoiser le drapeau européen sur le fronton de l’hôtel de ville comme le souhaite Jean-Luc Mélenchon ? »

Votre récent ralliement, madame la maire, à ce mouvement piloté par Jean-Luc Mélenchon constitue une volte-face inédite, vous qui affirmiez il y a quelques semaines encore que la France Insoumise ne fût pas la gauche rennaise.» Carole Gandon.

Au cours de la même soirée, la droite et le centre droit ont aussi fait feu de tout bois. « À Rennes, ce n’est pas le grand remplacement, mais le grand ‘basculement », s’est amusé Charles Compagnon, leur leader. « En signant la soumission à LFI le 19 avril dernier, le PS devient aujourd’hui le vassal d’une extrême gauche (…). À l’esprit de construction, la gauche républicaine rennaise choisit le désordre du melanchonisme, ses appels à la désobéissance civile, ses compromissions avec les régimes autoritaires vénézuéliens, cubains et russes. »

Pas de doute pour Charles Compagnon, le PS rennais avait la « possibilité de privilégier la reconstruction au service du Bien commun. Il opte pour la politique politicienne, celle des strapontins et « du sauve-qui-peut » au risque de détourner encore un peu plus les électeurs des urnes. Comment allez-vous condamner demain les débordements dans les rues de Rennes quand on est désormais les vassaux d’un parti qui prône l’insurrection dès que la démocratie ne répond pas favorablement à ses projets ? Avec cet accord du 19 avril, le rubicond est franchi et maintenant nul doute que le front républicain contre les extrêmes sera plus que jamais nécessaire à Rennes ! »

La Nupes reste un assemblage hétéroclite dont le principal mot d’ordre semble être « les ennemis de mes ennemis sont mes amis », et où l’on est d’accord sur une seule chose : être en désaccord. »Carole Gandon.

 

La réaction de Nathalie Appéré, maire de Rennes, ne s’est pas fait attendre. « Je voudrais remercier les formations de l’opposition pour l’attention nouvelle qu’ils portent à la gauche, » a-t-elle ironisé. « Ce n’est pas sans émotion que j’entends les groupes de droite se livrer à une ode au socialisme municipal. Merci de votre bienveillance et de votre sollicitude ! La gauche va bien. Notre majorité est unie et engagée dans la fdélité à ses valeurs et à la mise en œuvre de son projet. C’est ce que nous devons à nos Rennais. »

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire