maroquinerie artisanale

CECI EST UN TEST 1
Actualités

LE QUOTIDIEN SANS MASQUES DE L’AUXILIAIRE DE VIE !

test2

Ludivine est auxiliaire de vie dans la capitale bretonne, à Rennes, Bruz et Chantepie. Tous les jours, elle accompagne des personnes âgées. “Tout se passe bien”, confie la jeune femme. “Mais nous nous gardons nos distances !” Rien d’étonnant à cela, l’accompagnatrice de nos ainés n’a pas de masques ! “Nous n’avons pas de protections, ni de gants. Hier, j’ai fini mon tube de gel désinfectant… “

Comme toutes ses copines, Ludivine a demandé des masques. “Mon employeur a passé commande”, confie-t-elle. “Mais, et c’est normal, les infirmières et les centres hospitaliers passent avant nous. Nous sommes donc dans l’attente…” Une pénurie qui l’inquiète vraiment pour ses “petites protégées”. “Pour venir chez elles, je me déplace en bus et je suis vraisemblablement entourée de microbes ! J’ai peur de les contaminer.”

                      Faire attention à tout

En arrivant chez les personnes âgées, Ludivine fait pourtant attention à tout. “J’essaie de toucher le moins possible aux poignées de portes. Je me lave les mains directement et je respecte du mieux possible la distance sociale.” Mais cette attention permanente commence à la fatiguer physiquement et… nerveusement. “Mes déplacements en car sont de plus en difficiles à supporter ! Encore hier, une personne allergique a toussé dans le bus. Elle a failli se faire lyncher car tout le monde pensait que c’était le corona… “

Le syndicat FGTA-FO demande une réelle prise en compte des besoins du secteur des services à la personne avec un accès garanti et urgent au stock de masques. “Nos clients ne comprennent effectivement pas pourquoi l’infirmière pour une toilette à domicile porte masque et gant, alors que l’auxiliaire de vie n’a aucun moyen de protection”, explique-t-il. “Le ministre la Santé minimise la situation comme le Gouvernement le fait depuis de trop nombreuses semaines, et renvoie une prise de décision à un éventuel passage au stade 3 de l’épidémie.”

Pis encore, de nombreuses prestations d’aide à domicile sont aujourd’hui annulées. “Beaucoup de nos clients se passent de ménage, en se disant :” je ne vais pas prendre de risque en voyant passer une personne qui a potentiellement le virus. Donc, on a beaucoup d’heures de travail qui s’amenuisent”, fait remarquer Thérèse Lanquepin, directrice d’un grand d’organisme à domicile sur une grande chaîne d’information nationale. Une situation que dénonce une seconde auxiliaire de vie, Amandine : “Notre présence est un besoin très important pour les séniors. Nous sommes parfois leur seule visite de la journée !” Entre sécurité et convivialité, le choix devient difficile. 

Crédit photo : getty-images

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire