0 C
Rennes
mardi 7 février 2023
AccueilActualitésLE DESTIN TRAGIQUE DU JEUNE PEINTRE RENNAIS

LE DESTIN TRAGIQUE DU JEUNE PEINTRE RENNAIS

Pour l’expo Rennes 1922, le conservateur du Musée des Beaux-Arts, Jean Roch Bouillier, présente les oeuvres d’un peintre disparu à la fleur de l’âge, lors d’un naufrage entre Ouessant et le continent.  Fils d’un avocat à la cour de Rennes, Émile Boussu (1889-1916) est mort à l’âge de 27 ans (tout comme les chanteurs Morrison, Hendrix, Cobain.. du Club des 27). 

L’une des oeuvres exposée du jeune Emile Boussu, au Musée des Beaux-Arts de Rennes.

Un peintre en devenir !

Talentueux artiste, Emile Boussu fut élève de l’école des Beaux-Arts de Rennes entre 1908 à 1913 où il suit les cours de dessin et de peinture de Jules Ronsin et de Charles Renaud.  « Il y reçoit de nombreux prix et récompenses dont celui du maire de Rennes en 1912 et celui du ministre qu’il partage avec Daniel Chapin en 1913 », note le catalogue de l’exposition Rennes 1922.

En mai 1914, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, le jeune Boussu entre à la la section peinture des Beaux-Arts de Paris où il est élève du peintre Cormon et du graveur Frédéric Auguste Laguillermie. « Pour la première fois, il est invité au salon des artistes français en présentant des dessins sous le titre Vieille Bretagne. » A cause d’une infirmité au pied de gauche, le jeune Boussu échappe à la Grande Guerre et revient en Bretagne. Il part en goguette le long des côtes de Penmarch à Morgat et à Quimper où il réalise plusieurs estampes et dessins. 

Disparu en mer

En juin 1915, Boussu prend la direction d’Ouessant où il y reviendra à plusieurs reprises. Il y fréquente des artistes présents regroupés autour d’un certain Alexandre Stéphan. Sous les conseils d’un ami, Arsène Kersaudy, Emile Boussu projette de peindre un tableau représentant l’office funéraire des disparus en mer de l’île. Mais ce projet lui porte la poisse. Le 18 juillet 1916, il périt avec ses oeuvres dans le naufrage du sloop Notre-Dame de Lourdes qui sombre dans le passage du Fromveur. « Ironie du sort, une cérémonie est célébrée pour lui et deux autres disparus », rapporte le catalogue de l’exposition Rennes 1922. Sept personnes sont toutefois secourues par Le Travailleur, ancien courrier de l’île.

Après la mort de son fils, la mère d’Émile Boussu fait don au musée des Beaux-Arts de Rennes d’un ensemble d’œuvres. Un hommage lui fut rendu à travers une exposition organisée le 25 et 26 juin 1919 dans l’une des salles du rez-de-chaussée de l’hôtel de l’Ouest-Eclair.  Plus tard, en 1938, Arsène Kersaudy écrivit un ouvrage Emile Boussu, peintre de l’Epouvante avec six lettres inédites d’Anatole Le Braz. Il souhaitait que l’oeuvre de son ami ne tombât pas dans l’oubli. Aujourd’hui, le Musée des Beaux-Arts fait tout aussi bien. Il le ressort des limbes de l’histoire. 

Infos + Le 16 février 1916, le steamer anglais Ashby fit naufrage dans l’anse de Portz-Doun : Emile Boussu se rendit sur les lieux avec Arsène Kersaudy. “Mon ami avait pris un croquis de l’Ashby. Ce n’est pas très artistique me disait-il, mais ce sera un souvenir du premier naufrage auquel j’aurai assisté pendant mon séjour dans l’île. Pauvre Boussu, trois mois plus tard, et dans les mêmes parages, c’était son propre naufrage. »

 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

RUE DU PENHOËT : LOCAL COMMERCIAL CHERCHE REPRENEUR

La requalification du centre ancien de Rennes est confiée depuis 2011 à la société locale d’aménagement (SPLA) Territoires Publics. Elle vise à accompagner les...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser