CECI EST UN TEST 1
Archives Brèves

LE BLOSNE : L’ECHEC DES POLITIQUES PUBLIQUES ?

test2

Au conseil municipal de Rennes, vendredi 23 novembre, il était question de l’extension de la zone d’aménagement concerté Blosne Est. Le sujet a été l’occasion pour Gurval Guiguen (Droite) de dénoncer “l’échec des politiques publiques” dans ce pan de notre ville. « Qu’il s’agisse de la vitalité économique, du revenu moyen, de l’emploi, du cadre de vie, de la vie scolaire, de la santé, de la sécurité, toutes les études pointent du doigt le décrochage de ce quartier.” Il en veut encore pour preuve la démographie. « La population du Blosne est passée de 22 000 à 17 000 habitants alors même que l’agglomération connaît une croissance. »

Pour lui, pas de doute, ces symptômes sont la faute d’une politique malvenue et malmenée dans ce quartier où l’on a concentré les populations et densifié les logements. “Il est important de rappeler cet échec pour nous projeter dans le futur du Blosne. Il faut comprendre l’échec pour ne pas reproduire les mêmes erreurs qui engendreront les mêmes effets.”

Pour ne pas commettre les mêmes erreurs, le conseiller municipal d’opposition a quelques solutions. “Cela commence par la mobilisation des forces vives du quartier qui rendent le Blosne vivant au quotidien.” Il pense notamment aux commerçants, aux artisans, aux professionnels de la Santé, aux enseignants et aux éducateurs. Bref à tous ceux qui font l’économie du quartier. « Sans eux, le Blosne ne serait pas vivant, équilibré et plus sur. »

De la concertation pour un quartier difficile

Sans préjuger de l’intérêt de la réhabilitation en cours dans le quartier, Gurval Guiguen demande aujourd’hui une vraie concertation. « Il faut un gros effort d’écoute et d’échanges pour que nous ne décidions pas ici tout seuls dans notre coin ce qui va se faire. Il ne faut pas mettre devant le fait accompli ceux-là même qui feront vivre ce quartier. »

Sur ce quartier, Eric Berroche (majorité municipale) n’a pas du tout la même vision, mais pas du tout. « Nous n’avons pas la même sévérité, » a-t-il confié. « Car quand nous comparons le Blosne à d’autres endroits populaires de grandes villes, nous considérons que celles et ceux dont Monsieur Fréville qui ont travaillé sur ce quartier ont fait œuvre d’originalité et en ont fait un quartier agréable. »

“Nous faisons ce que nous disons”

Une fois la colère froide passée, Eric Berroche reconnait toutefois la « fragilité » de ce quartier. « On en connait la raison. » C’est pourquoi il tient à rééquilibrer la mixité sociale au Blosne. C’est encore pour cette raison qu’il veut y dynamiser le commerce, y donner davantage de moyens à la vie associative, y installer le conservatoire à rayonnement régional et…y enclencher la démocratie locale. « La concertation se revivifie, se renouvelle dans le quartier et nous entendons poursuivre nos efforts avec l’ensemble des acteurs du quartier mobilisés. »

« Ce quartier nécessite des interventions urbaines lourdes, » a ajouté Sébastien Sémeril, adjoint au maire chargé de l’urbanisme. « Sur Maurepas et du Blosne, nous sommes environ à 400 millions d’euros d’investissement pour les 10 prochaines années. Ce chiffre démontre la volonté politique qui est la nôtre et qui se concrétise aujourd’hui par le début des travaux. Les habitants verront concrètement que nous faisons ce que nous disons. »

Monsieur Berroche pas tendre…

« Monsieur Guiguen a beaucoup de chance, » a dit froidement monsieur Berroche en conseil municipal. “Il est beaucoup plus jeune qu’un certain nombre d’entre nous. Ce constat l’éloigne toutefois de l’histoire de cette ville. Il faut qu’il sache que ce quartier qu’il qualifie en grande fragilité n’a pas été conçu par notre équipe ni par nos prédécesseurs mais par l’équipe de Monsieur Fréville (Divers droite). Donc il est extrêmement sévère à l’égard d’un maire de son camp. “

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire