CECI EST UN TEST 1
Actualités

LE 11 OCTOBRE : LE DÉNOUEMENT DE L’AFFAIRE VINCENZO VECCHI

Ecrit par Dragan Brkic
test2

Condamné en Italie à douze ans et demi de prison pour sa participation aux manifestations antiG8 à Gênes en 2001, Vincenzo a trouvé refuge en Bretagne, à Rochefort-en-Terre. Il y a été arrêté en août 2019 en vertu d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Italie. Depuis l’Italie réclame son extradition. La France s’y est opposée par deux fois, mais le Parquet s’est pourvu en cassation. Après l’avis de la Cour de Justice européenne (1), les défenseurs et le comité de soutien de Vincenzo attendent, à la fois avec espoir et appréhension, la décision de la Cour de cassation devant être rendue, le 11 octobre, à Paris.

Nombreux sont les appuis de Vincenzo. Mercredi, à l’Assemblée nationale, une réunion et une conférence de presse se sont tenues à l’initiative du député Pierre Dharréville, qui venait de signer une tribune dans Libération du 4 octobre, cosignée par 76 élus. Elles rassemblaient les avocats de Vincenzo, (Catherine Glon, Maxime Tessier et Paul Mathonnet), et une vingtaine de parlementaires. « Je dénonce le glissement vers une société de plus en plus répressive au détriment des libertés fondamentales », explique le député du Morbihan, Paul Molac.

Le sénateur du Morbihan, Joël Labbé, lui alerte sur « la remise en cause des droits fondamentaux et salue cette mobilisation au-delà des frontières pour une personne qui mérite d’être défendue et protégée… Vincenzo est un homme libre dans le pays de la Liberté ». Tandis que la députée européenne Marie Christine Vergiat a souligné que « si on laisse passer cette jurisprudence, on va avoir plein de Vincenzo Vecchi ! »

Tous espèrent que le bon sens démocratique et l’esprit de Justice prévaudront lors de l’audience de la Cour de cassation le 11 octobre… Le Comité de Rochefort-en-Terre et ceux en activité dans toute la France, se mobilisent pour organiser leur présence le 11 octobre à Paris, à 10 h devant la Cour de cassation. Comité de Soutien à Vincenzo Vecchi.  Tribune Pierre Dharréville. 

(1) « l’autorité judiciaire d’exécution ne pouvait refuser d’exécuter un mandat d’arrêt européen »

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire