maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Municipales rennes

L’ACTUELLE MUNICIPALITÉ MARQUE-T-ELLE DU DÉDAIN À L’ÉGARD DE LA PRESSE LOCALE ?

test2

Le Mensuel de Rennes jette un pavé dans la mare dans sa dernière édition ? Sous la plume de Philippe Créhange (également grand reporter au Télégramme), le journal regrette l’absence de réponse de Nathalie Appéré à ses sollicitations au moment de la crise du Covid-19. “Une fin de non-recevoir nous a été adressée par son directeur de la communication”, confie le journaliste. “Nous aurions pu évoquer avec elle sans concessions sa cellule de crise, la commande de masques, la gestion de la métropole… “

De la démocratie

Pour la première fois, le média rennais s’en offusque publiquement dans ses colonnes. “Comme Libé, LCI, TF1, France Inter, Ouest-France…notre Média aurait dû avoir au même titre toute sa place, sans distinction. Certes, un magazine d’enquête comme Le Mensuel ne dépend pas du bon vouloir des officiels pour tenir sa ligne éditorial (et heureusement…). Néanmoins, son rôle est aussi de poser les questions qui fâchent (ou pas) et de permettre à ses interlocuteurs d’y répondre pour offrir à ses lecteurs la possibilité de se forger leur opinion. Une mission qui sert le débat public et donc de la démocratie.”

D’après nos infos, d’autres médias (à l’exception du journal Ouest-France et de la télé municipale largement subventionnée, TV Rennes) ont vécu le même ostracisme et le même dédain. A pareille époque du Covid, Rennes Infos Autrement a aussi sollicité la ville pour rencontrer les jardiniers du Thabor, les éboueurs et bien d’autres agents de la ville. Tout comme Le Télégramme ou le Mensuel, notre média a reçu une fin de non-recevoir. Les sujets ont été heureusement traités par les journaux de la municipalité…

Du boulot

Certes, la métropole rennaise avait du “boulot” (tout comme nous, d’ailleurs !) et peut-être pas le temps de répondre à quelques journaleux. Certes, la métropole est libre de faire ce qu’elle veut. Mais à l’heure de la transparence promue à tout va par nos politiciens, une collectivité doit rendre des comptes à ses citoyens et, pas seulement via ses organes officiels. Elle aurait été “élégante” de répondre aux médias locaux qui, à la différence des grands journaux nationaux, ne sont pas toujours là pour répandre la doxa de la municipalité.

Face à ce comportement, Rennes Infos Autrement a pris le parti d’interviewer les gens du peuple, d’écouter la vox populi, d’interviewer l’opposition et bien lui en a pris. Il n’a jamais été autant lu. En deux mois, notre média a recueilli plus d’un million de vues (tout autant de personnes que la candidate Nathalie Appéré n’aura pas touché). Il a réussi à donner une information libre et indépendante au plus proche de la réalité des gens et de leur vie quotidienne. Notre préoccupation démocratique.

Petit bémol : des élus locaux (comme Cyrille Morel) et le directeur de la communication nous répondent parfois sur certains sujets d’actualités. Mais la tendance est quand même à l’absence de réponses de la part des services de communication ou bien de réponses dans les cinq jours. La ville doit considérer que leurs communiqués de presse sont largement suffisants ! Et ce n’est peut-être pas plus mal. Cela incite à creuser bien plus loin…

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire