26.4 C
Rennes
lundi 24 juin 2024
AccueilSportArchivesLA BIJOUTIÈRE PASSE DE LA PLACE SAINT-GERMAIN AU NET

LA BIJOUTIÈRE PASSE DE LA PLACE SAINT-GERMAIN AU NET

 

Place Saint-Germain, la bijouterie Gapaillard était une institution, place à Saint-Germain à Rennes. Depuis plus de 100 ans, elle accueillait les familles pour la montre du premier communiant, la bague de fiançailles de la grande soeur et les bijoux de la maman. Elle recevait en un mot tout Rennes.

Cent ans après après sa création par son aïeul Alexandre Gapaillard dans les années 1850, Cécile (représentante de la 4e génération) a décidé de fermer la porte de sa boutique. « Ces dernières années, j’ai vécu deux braquages dont l’un aurait pu mal se terminer, » explique-t-elle. « J’ai été menacée avec un pistolet sur la tempe. » Mais le dernier le coup de grâce fut tout simplement les travaux du métro. « Nous avions de la boue et de la poussière dans notre bijouterie. La sortie des camions était juste devant notre boutique ! » 

                                           En avant l’aventure !

Battante, Cécile Gapaillard aurait pu baisser les bras. Mais non, elle va poursuivre son activité sur le Net. « Je le ferai autrement et je toucherai beaucoup de monde, en avant l’aventure ! » Depuis quelques semaines, elle a créé son propre site Internet où elle vend ses bijoux uniques en direct (http://gapaillard-bijoux.fr). Elle y propose les classiques et les intemporels de son père : la bague « galet » tout or, pavée de diamants ou de saphirs multicolores ainsi que le solitaire Max en diamant. « Nous avons également développé toute une gamme de bijoux plus accessibles, assemblée selon mes goûts, pour les femmes libres et tendances », ajoute-t-elle. 

Pendentifs, bagues, colliers, boucle d’oreille, Cécile dispose d’un joli stock. « En un clic, les clients pourront choisir ce qu’ils souhaitent », confie la jeune femme. « Et pour les indécis, je pourrais me déplacer chez eux pour leur présenter en direct nos créations. » Une bonne idée de cadeaux en cette période de fêtes dans la mesure où les bijoux sont naturellement bien moins chers que dans une boutique classique ! 

La boutique avec la famille Gapaillard.

Histoire d’une boutique : de l’horlogerie aux bijoux

Alexandre Gapillard s’installe comme horloger rue Pont aux Foulons dans les années 1850, sous l’enseigne « Le Grand Comptoir National d’Horlogerie ». En 1910, son fils  prend la relève et s’installe dans un local plus vaste, au 11 quai Chateaubriand. Son petit-fils Jean Gapaillard laisse en revanche tomber l’activité de joaillerie pour se consacrer  à la création de bijoux parmi lesquels les fameuses bagues Galets ou les bagues « Rivières Anglaises ». « Il aimait beaucoup dessiner », se souvient sa fille.

En janvier 2006, Jean Gapaillard prend sa retraite et c’est sa fille Cécile qui prend la relève. Elle y travaille pendant dix ans et se forge ainsi une expérience et un savoir-faire importants dans « la magie et l’étincelante lumière du diamant, la profondeur et l’éclat des pierres de couleurs… »

Le Grand Comptoir National de l’horlogerie.

 

 

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

LA BRADERIE : 300 000 VISITEURS ATTENDUS

Le 26 juin prochain, Rennes vibrera au rythme de sa célèbre grande braderie. Pour cette 53ᵉ édition, pas moins de 300 commerçants — dont...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser