"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Patrimoine

HAUT-SANCÉ (LANDRY) : LES HABITANTS REFUSENT LES GRANDES TOURS

A Rennes, on ne compte plus les projets de construction contestés devant le tribunal administratif ou bien tout simplement devant les élus de Rennes. Encore une fois, lundi dernier, en séance municipale, un collectif d’habitants et l’Association de Défense du Haut Sancé ont interpellé la maire de Rennes sur les futures constructions de la ZAC (zone d’aménagement concerté) de leur quartier.

 

“Sauf erreur de notre part, depuis le 6 octobre 2018, aucune communication n’a été faite aux habitants concernant ce projet ; ce qui nous interroge”, explique leur représentant à la maire de Rennes, Nathalie Appéré (à gauche sur notre photo). “Plusieurs de nos inquiétudes restent aujourd’hui sans réponse : la taille finale du projet, la densité de population, la hauteur des bâtiments, les problèmes de circulation, le manque d’efficacité des transports en commun ainsi que les infrastructures scolaires et sportives.”

A proximité de la ZAC, la grande majorité des habitants est dans l’attente d’information. “Vous n’êtes pas sans savoir que le manque d’information et de dialogue génère des situations de frustration et de colère qu’il serait souhaitable d’éviter”, a confié le collectif. Face à l’urgence (les  travaux de la ZAC commenceront courant 2019), les riverains tiennent à rappeler leur opposition au projet. “La ville de Rennes a fixé de manière unilatérale le nombre de logements à 500, bien loin des 200 annoncés au début en conseil de quartier.” 

Pour le collectif, ce projet menacerait l’équilibre du quartier. “Il nécessiterait des aménagements conséquents d’infrastructures scolaires, sportives et de transports.  Pourtant, nous ne sommes pas opposés à l’accueil de nouveaux habitants, au contraire. Nous réclamons simplement de les accueillir dans de bonnes conditions, de préserver la qualité et l’identité de notre quartier. La barre des 300 logements nous semble donc une limite acceptable.”

Face à l’inquiétude des riverains, Sébastien Séméril, adjoint au maire, se cache derrière une décision municipale. “En 2016, notre conseil municipal a voté à l’unanimité la création de cette zone d’aménagement concerté et arrêté un projet de 500 logements.” En revanche, il veut faire taire les craintes sur les hauteurs. “La ville a décidé de ne pas donner suite aux propositions de l’équipe d’architectes et de revenir à une hauteur convenue en 2016. Nous proposons un seul immeuble de neuf étages et le reste à sept étages.” Une réunion de présentation du projet aux riverains est en cours d’organisation. Elle est prévue pour le 19 mars 2019. Mais pas certain que du côté du Haut-Sancé, la ville réussisse à convaincre tous les riverains qui ont lancé une pétition. 

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Commentez

Laisser un commentaire