CECI EST UN TEST 1
Actualités

GRIPPE AVIAIRE À LANDUJAN : 3500 POULES DE VIE À TRÉPAS POUR ÉVITER LA CONTAMINATION

test2

« Un foyer d’Influenza aviaire hautement pathogène a été confirmé mercredi 31 août 2022 dans un élevage de poules pondeuses sur la commune de Landujan en Ille-et-Vilaine », assure la préfecture d’Ille-et-Vilaine. Au regard de cette contamination, une opération de « dépeuplement des 3500 poules » a été menée ce mercredi 31 août 2022.

Pour éviter tout risque de diffusion du virus, des zones réglementées de protection (ZP) et de surveillance (ZS) sont mises en place dans un rayon de 3 et 10 km autour du foyer. « Les 5 communes concernées dans le rayon de 3 km sont : La Chapelle du Lou du Lac, Irodouer, Landujan, Médréac et Saint-Pern », ajoute la préfecture.

Les 16 communes concernées par la zone de 10 km, outre les 5 communes citées précédemment, sont La Baussaine, Bécherel, Bédée, Cardroc, La Chapelle-Chaussée, Longaulnay, Miniac-sous-Bécherel, Montauban-de-Bretagne, La Nouaye, Quédillac et Romillé.

« Dans ces périmètres, tous les lieux de détention de volailles et d’oiseaux captifs sont soumis à des prescriptions spécifiques », précise la préfecture. « En particulier, les mouvements de volailles et autres oiseaux captifs sont interdits, sauf dérogations accordées par la direction départementale de la protection des populations. »

Actuellement, le virus de l’influenza aviaire circule activement parmi les oiseaux sauvages. « Sa diffusion aux volailles domestiques est possible ainsi qu’en atteste la situation de l’élevage situé sur la commune de Landujan », précise la préfecture. « Nous avons mis en place par arrêté préfectoral du 12 août 2022, une zone de contrôle temporaire sur l’ensemble du département. Elle impose aux particuliers et aux professionnels de la filière volaille de respecter strictement les mesures de biosécurité (notamment la mise à l’abri) et les invite à rester extrêmement vigilants. »

La surveillance de la mortalité de l’avifaune sauvage est également renforcée. La découverte d’oiseaux sauvages morts doit faire l’objet d’une déclaration auprès du réseau de surveillance des causes de mortalité de la faune sauvage SAGIR au 02 99 41 15 99. Les services de l’État, et notamment la direction départementale de la protection des populations (DDPP), sont mobilisés aux côtés de l’éleveur qui sera indemnisé des pertes subies. 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire