20.5 C
Rennes
samedi 13 juillet 2024
AccueilActualitésDES PLANTES VERTES BIEN VILAINES !

DES PLANTES VERTES BIEN VILAINES !

Des plantes envahissent la Vilaine depuis plusieurs années. Elles tapissent aujourd’hui le fond de la rivière entre le pont du boulevard du bois Mareuil et Cesson Sévigné. « Elles ont de la forme de des petits sapins ! On peut les voir remonter à la surface de l’eau au niveau du pôle France, mais sans forcément que l’on s’en aperçoive depuis le bord. Chaque année, la contamination est de plus en plus importante », note Gaël, un kayakiste.

Avec le temps, ces plantes invasives empêcheraient la lumière d’accéder au fond de la rivière et accéléraient l’envasement. Elles seraient notamment favorisées par la faible vitesse du courant dans une zone artificielle où aucun curage n’a été effectué depuis beaucoup d’années. Pis, le faucardage n’améliorerait pas les choses. « L’année dernière, elle a eu pour effet de disperser les petits fragments « bouture » et ont donc encore favorisé son expansion. »  Le kayakiste aurait même retrouvé des traces de ses plantes jusqu’à Bruz. « L’invasion est étendue. La ville semble pourtant être au courant du problème. Elle a soigneusement nettoyé les abords du parc de Baud-Chardonnet avant l’inauguration des plages. »

                                 Des plantes envahissantes

Les espèces invasives (espèces exotiques envahissantes), par leur essor et leur propagation rapide, impactent directement ou indirectement les espèces locales et les milieux. « Pour certaines espèces, les effets négatifs sont aussi avérés sur les activités humaines et même la santé. Cette problématique est donc l’affaire de tous – collectivités publiques, acteurs privés et monde associatif – et nécessite un travail partenarial . Cela permettra d’avancer efficacement sur un territoire aussi vaste que le bassin de la Vilaine », explique l’Établissement Public Territorial du Bassin de la Vilaine (EPTBV) sur leur site. 

L’EPTBV veut partager au mieux les connaissances pour savoir reconnaitre les principales espèces émergentes, et participer activement à̀ l’effort d’inventaire. « L’information, la sensibilisation et la formation, facilitent la compréhension et permettent de prévenir et anticiper au mieux de nouvelles colonisations. Tout aussi primordiales, la non utilisation et la non dispersion des espèces invasives participent à ralentir la progression des invasives présentes et limitent l’installation de nouvelles espèces. »

Depuis près de 30 ans, la Jussie (Ludwigia grandiflora) s’est propagée sur le bassin. Elle est actuellement présente sur la Vilaine, l’aval de l’Oust, et les rivières du Don et de l’Isac. « On la retrouve aussi sur les zones humides des marais de Redon et sur divers plans d’eau répartis sur l’ensemble du bassin. Les renouées asiatiques (Reynoutria sp.) sont elles aussi répandues sur le territoire. On les trouve souvent en bord de cours d’eau et bord de route, mais également en zone urbaine où les remaniements de terre facilitent sa dispersion. »

                                       De nombreuses espèces

D’autres espèces invasives sont arrivées plus récemment sur le bassin de la Vilaine : on peut citer notamment l’Hydrocotyle fausse renoncule (Hydrocotyle ranunculoides) et la Crassule de Helms (Crassula helmsii) que l’on ne trouve pour le moment qu’en quelques rares localités. « Sur ces espèces, des actions de gestion sont indispensables pour réduire les risques de propagation ou tenter l’éradication. »

Par son réseau de cours d’eau important (plus de 12 000 km) et les connexions aux bassins de l’Erdre au sud, du Blavet à l’Ouest, et de la Rance au Nord, le bassin de la Vilaine peut être considérée comme un territoire propice à̀ l’installation d’espèces invasives. A cela, s’ajoute les axes de transport routier et ferroviaire et les agglomérations qui offrent des possibilités de propagations aux nouvelles espèces. « Une veille active doit donc s’organiser pour tenter de freiner l’arrivée de nouvelles espèces et éviter les impacts sur la biodiversité et les usages. »

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

DOUBLE DÉFENESTRATION TRAGIQUE À RENNES : L’ENQUÊTE EN COURS POUR RECHERCHER LA CAUSE DE LA MORT

Ce vendredi 12 juillet, vers 17 h 25, un drame tragique s’est déroulé à l’angle de la rue du Docteur Francis Joly et du...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser