"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Politique

LE PRÉNOM DERC’HEN : LES AUTORITÉS N’EN VEULENT PAS !

C’est l’affaire bretonne du jour ! Né le 21 août dernier, le petit Rennais ne peut s’appeler Derc’hen. Ainsi en ont décidé la mairie de Rennes puis le procureur de la République en août 2017. Il s’appellera Derchen. Motif invoqué : l’apostrophe entre le “c ” et le “h” n’est pas légale au regard d’une circulaire du 23 juillet 2014.

Contactée par la famille, l’association Skoazell Vreizh (secours breton) a tenté d’infléchir la position de la mairie et du ministère de la Justice, a saisi la presse. En vain…Mais pour la ville de Rennes, ce dossier est ennuyeux dans la mesure où la municipalité rennaise est composée d’une grande majorité de bretonnants. D’où la réaction rapide de l’adjoint au maire, Marc Hervé. “La ville de Rennes est engagée de longue date dans la promotion et l’apprentissage de la langue bretonne”, confie-t-il. “Dans la continuité de cet engagement, elle saisira dans les prochains jours, comme l’ont fait d’autres élus bretons, la Garde des Sceaux pour que la circulaire de 2014 soit rapidement modifiée… “

Récemment, une autre famille finistérienne s’était retrouvée dans la même situation. Le prénom Fañch avait été refusé en raison de la présence de la lettre ñ (l’affaire est encore aujourd’hui en appel). “Mais, ajoute Charlie Grall dans les colonnes du Point, ce refus du “c’h” est sans doute une première, car de nombreux prénoms bretons ainsi que des noms de famille s’écrivent avec un “c’h” et n’ont pas, à notre connaissance, posé de problème ces dernières années. “

Derc’hen s’écrivait jadis Derchen ou Derchan jusqu’au 17ème siècle. Ce ch a été remplacé au fil du temps par le c’h actuel sous l’influence du Père Maunoir (an Tad Maner). Ce serait donc plutôt la faute d’un curé breton…que de notre municipalité ou de notre procureur. Ma Doue bénniguet…

Ironie du sort : “Le procureur de la République de Quimper s’appelle… Thierry Lescouarc’h. Emporté par son zèle jacobin, son collègue de Rennes l’obligera-t-il à changer de patronyme?”, rappelle Le Point.

Pour aller plus loin : http://www.lepoint.fr/societe/rennes-l-etat-refuse-encore-un-prenom-breton-23-01-2018-2189042_23.php

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/prenoms-bretons-interdits-apres-fanch-voici-derc-hen_1978740.html

D’autres prénoms avec un apostrophe ont été autorisés depuis la circulaire de 2014 : 

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Commentez

  • […] “Pourtant, reconnait le procureur général, certains noms ou prénoms patronymiques, comportant une telle apostrophe, sont enregistrés à l’état-civil.” Au regard de l’existence de ces pratiques,  le parquet général va procéder de manière précise et détaillée à un “nouvel examen de cette situation juridique en lien avec l’administration centrale. En fonction des conclusions auxquelles aboutira un travail d’analyses, le parquet général et le parquet prendront les décisions nécessaires.”  Lire notre précédent article : https://www.rennes-infos-autrement.fr/derchen1-les-autorites-nen-veulent-pas/ […]

Laisser un commentaire