"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Stade Rennais

CONTRE KIEV : DES PERDANTS MAGNIFIQUES !

Le Stade Rennais recevait hier soir au Roazhon Park à guichets fermés, le Dynamo Kiev, en Ligue Europa. Les Bretons avaient à coeur de se rattraper de la débâcle infligée à Astana en accrochant une équipe habituée aux rendez-vous européens. Pour la première fois, Sabri Lamouchi avait choisi de titulariser le milieu défensif suédois, Jakob Johansson, fraîchement remis de lourde sa blessure aux ligaments croisés. En attaque, M’Baye Niang et Romain Del Castillo ont débuté aux côtés d’Ismaïla Sarr. 

                                                                 Le Dynamo frappe en premier
Dès l’entame de match, le choc tant attendu entre les deux grosses écuries de la poule tient toute ses promesses. Les Ukrainiens sont les premiers à se mettre en évidence. Dès la troisième minute, l’ailier brésilien Sidcley déboule côté gauche et adresse un centre à destination du point de pénalty. La défense rouge et noire repousse difficilement la trajectoire de la balle au moment où un attaquant adverse s’en saisit et catapulte le ballon sur la barre d’Abdoulaye Diallo.
Le ton est donné, les Rennais sont prévenus. Dans un match rigoureux tactiquement et engagé physiquement, ils multiplient les assauts autour du but adverse. Dans la lignée de leur performance réalisée à Saint-Etienne dimanche dernier, les hommes de Sabri Lamouchi pratiquent un football plein de maîtrise et d’intensité leur permettant de tenir tête à leur adversaire du jour. Néanmoins, ils se font punir, peut-être par excès de confiance après 20 minute de jeu. Sur une longue balle anodine, Tomacz Kedziora, le latéral droit situé à une trentaine de mètres de la cage gardée par Diallo, déclenche une frappe. Son tir surpuissant vient se loger directement dans la lucarne du Sénégalais, visiblement surpris, le Roazhon Park est sous le choc. 
                                                                Clément Grenier remet les deux équipes à égalité
Secoués par l’ouverture du score, les Rennais sont parvenus à se remettre rapidement dans le match. Dans l’entrejeu, le binôme André-Johansson récupère des ballons, remportent des duels et lancent parfaitement Ismaïla Sarr. Débordés, les joueurs de Kiev tomberont dans un excès d’agressivité et se mettent à la faute. Après un tacle à retardement sur le numéro 6 suédois, Clément Grenier, l’ex-artilleur guingampais hérite d’un coup-franc bien placé à l’entrée de la surface. Le meneur de jeu choisit le grand coté et place une frappe flottante qui surprend le gardien ukrainien. Rennes est de retour dans la partie juste avant la mi-temps. 
Probablement galvanisés par le discours de leur entraineur, les Rennais reprennent sur le même rythme en seconde période. Bensebaini et Traoré multiplient les montées dans les couloirs et apportent le surnombre. Poussé par un public des grands soirs, le Stade Rennais est proche de trouver l’ouverture à plusieurs reprises mais les tentatives d’André et Sarr sont reprises in-extremis.
Lamouchi fait alors appel au joker de luxe, Hatem Ben Arfa, pour tenter de débloquer la situation mais à 10 contre 11 après l’expulsion d’un milieu de terrain, la forteresse blanche et bleue tient bon. A la 89ème minute, le Dynamo se permet même une excursion dans le camp rennais, une ultime contre-attaque qui s’avérera fatale. Décalé sur le côté droit, Vitaly Buyalsky délivre les siens en crucifiant un Diallo coupable, sur un lob anodin. Comme souvent, les Rennais ont bien joué mais garderont cette image de “loosers” magnifiques. Actuellement troisième de leur poule, il faudra désormais un miracle pour apercevoir les 16ème de finale.  Ils défieront ce dimanche à Rennes, le Stade de Reims pour poursuivre sa remontée en championnat.
 
 

A propos de l'auteur

PAUL-ARTHUR CERTAIN

Laisser un commentaire