15 C
Rennes
jeudi 30 mai 2024
AccueilSportArchivesAU CONSEIL MUNICIPAL : LES MANIFESTANTS FONT LA LOI

AU CONSEIL MUNICIPAL : LES MANIFESTANTS FONT LA LOI

Nathalie Appéré, maire de Rennes, tient au débat démocratique et c’est tout à son honneur. Mais à vouloir trop en faire, elle a peut-être été pris à son propre jeu.

Lundi dernier, elle avait accepté l’intervention de Hugo Poidevin et d’étudiants Rennes 2 au nom du débat démocratique. Sauf qu’elle n’avait pas prévu que nos étudiants n’étaient pas nés de la dernière pluie…Elle avait sous-estimé leur facilité à s’exprimer en public. Résultat des courses, ils ont profité de la tribune. « Nathalie Appéré, vous n’avez pas honte, » a protesté Hugo. « Jeudi dernier, un étudiant de notre université a perdu un oeil pour avoir simplement manifesté. il reculait, fuyait les charges des CRS qui lâchement nous tiraient dessus avec des flash balls. En interdisant l’accès au centre ville, vous avez fait monter la tension. Le jour du drame, vous avez même livré un satisfecit sur le dispositif policier qui a blessé près de 250 manifestants depuis le début du mouvement. »

« Cette situation dramatique risque d’empirer », a ajouté son amie émue. « Cette loi du travail que vous tentez d’imposer va générer davantage de violences sociales qu’il n’en existe déjà. La colère populaire va croître. » Et puis une troisième de poursuivre : « nous ne cèderons pas devant les violences, les menaces et les volontés de brimer le droit de manifester. Nos acquis sociaux sont mis à mal. » Face aux attaques, la maire demandait à son adjoint chargé de la sécurité, monsieur Chardonnet, de répondre. Il s’exécutait dans un brouhaha estudiantin. « C’est votre droit de manifester à condition de respecter le droit et les personnes dans l’hyper centre.  »  Mais les réponses étaient jugées honteuses par les étudiants… »Faites quelque chose, » a demandé l’un d’eux.

En colère, les étudiants ne lâchaient rien. « Tout le monde déteste le parti socialiste », entendait-on dans la salle du conseil. Devant les cris de nos manifestants, la maire suspendait une première fois la séance. Puis au retour de suspension et malgré ses injonctions, elle était obligée de reporter le conseil municipal. Dans une certaine confusion, les élus quittaient le conseil municipal. La rue encore une fois avait fait la Loi !

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

CE WEEK-END : UNE GUINGUETTE GOURMANDE DANS UNE CHAMPIGNONNIÈRE

Le week-end du 1er et 2 juin, laissez-vous tenter une expérience inédite et festive à Pacé. La champignonnière bio Amyco, en collaboration avec la...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser