14.8 C
Rennes
vendredi 12 juillet 2024
AccueilActualitésCONFORMITÉ DES CHAUDIÈRES DE L'INCINÉRATEUR : LES ITALIENS PERSISTENT ET SIGNENT AVANT...

CONFORMITÉ DES CHAUDIÈRES DE L’INCINÉRATEUR : LES ITALIENS PERSISTENT ET SIGNENT AVANT LE CONSEIL DE RENNES MÉTROPOLE

La société italienne Ruths est chargée de construire un nouvel incinérateur de déchets, dans le quartier de Villejean (Rennes). Depuis quelques mois, elle a suspendu son chantier (voir notre article). La raison en est simple : les élus rennais contestent la conformité des chaudières, s’appuyant sur des experts locaux. Mais de l’autre côté des Alpes, les dirigeants de l’entreprise restent inflexibles. Il veulent poursuivre les travaux. « L’INAIL, seul organisme habilité, a confirmé le respect de nos installations à la norme 12952 et à la Directive européenne DESP (le 28 juillet 2023) », affirme une source italienne.

À la veille du conseil de « Rennes métropole » (ce jeudi 20 juin), les Italiens s’interrogent sur les rapports rendus par les experts désignés par la collectivité. « L’agglomération rennaise place tout sur un même pied d’égalité. Les expertises (appuyant la conception de Rennes Métropole) sont des avis donnés par des sociétés de services privées et réalisés sans contradictoire pour le compte de l’agglomération rennaise. En revanche, les deux positions contraires sont celles de l’INAIL et de l’expert indépendant nommé par le tribunal administratif de Rennes. »

Enfonçant le clou, l’entreprise Ruths va jusqu’à évoquer un potentiel conflit d’intérêts. « L’APAVE et Bureau Veritas (mandatées par la collectivité) interviennent comme consultantes, mais elles exercent aussi une profession de certificateur, en concurrence avec l’INAIL au niveau européen. Or, selon la directive, un organisme d’évaluation de la conformité ne doit pas participer à des activités pouvant compromettre son indépendance et son intégrité, notamment en procurant des services de conseil. »

Tous les autres avis produits de manière unilatérale par Rennes Métropole n’ont pas de valeur légale ni contractuelle.  » Un responsable italien.

Dans le détail, Bureau Veritas aurait même donné son avis, avant de disposer de toutes les informations. « Une des pièces les plus importantes du dossier (le rapport des tests réalisés en laboratoire en juin 2023) ne leur a pas été transmise par Rennes Métropole », expliquent les Italiens. « Pourtant, ces essais ont démontré la résistance de nos chaudières à une pression 3,5 fois supérieure à la celle nominale. » 

 Il y a quand même une différence entre un expert judiciaire des tribunaux et les consultants d’une collectivité », explique un responsable italien.

Tout aussi problématique pour les Italiens serait la série d’images présentée par la collectivité lors d’une conférence devant les journalistes et prouvant la mauvaise exécution des travaux. « Ces clichés sont des photos anciennes, prises pendant la phase de montage, quand les modules préfabriqués n’étaient pas encore complètement assemblés. Dans la situation actuelle, ces dysfonctionnements ne sont plus visibles puisque tout est désormais conforme aux normes. C’est une technique de désinformation du photojournalisme : montrer un détail, un zoom sur une image qui n’a pas l’air propre pour tirer des conclusions sur l’ensemble. » Ce jeudi, le débat risque d’être chaud. Les Italiens évaluent à 100 millions d’euros la facture pour le contribuable s’ils ne poursuivent pas les travaux (coût du traitement des déchets par des tiers…). 

Infos + : La mission de la société Enereizh (VEOLIA) au sein du groupe ATMO (Assistance technique à la Maitrise d’ouvrage) est limitée à la surveillance de la maintenance et de l’exploitation. «Elle n’a rien à voir avec la conception des chaudières. Rennes métropole ne pouvait pas demander à « Veolia » de rédiger une note critique sur le rapport de l’expert nommé par le tribunal administratif de Rennes. »

Infos ++ : « sur le marché français, les gens se connaissent et donc nécessairement, ils se font confiance entre eux, parfois d’une manière extrême », explique un proche du dossier. « Toutefois, personne n’avait prévu que l’expert judiciaire se manifeste d’une façon aussi claire. C’est un homme qui a le courage de s’exprimer. Il aurait pu faire comme Ponce Pilate ! »

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

AGRESSION SEXUELLE : LA CONDAMNATION DE JEAN-YVES PRIGENT, FIGURE DU KAYAK

Ce 12 juillet 2024, le septuagénaire Jean-Yves Prigent, ancien champion du monde de canoë-kayak et entraîneur du pôle de Cesson, est assis sur les...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser