CECI EST UN TEST 1
Actualités Commerces

CENTRE VILLE : LES PROTECTIONS ÉTAIENT DIVERSES D’UN MAGASIN À L’AUTRE

test2

Ambiance surréaliste ce matin, dans la ville de Rennes en raison du coronavirus et des décisions prises par le Gouvernement. Rue Vasselot, des Rennais étaient nombreux à respecter la distance de sécurité devant la boulangerie. Ailleurs, devant des bureaux de tabac, les mesures de protection étaient toutefois différentes d’un magasin à l’autre. Rue de Nantes, le tabac-presse de la Madeleine, avait pris des mesures drastiques. Il n’autorisait pas plus de trois personnes dans sa boutique, demandait un mètre entre chaque client et privilégiait les CB sans contact. Les boissons et les café étaient uniquement à emporter.

Dans le centre ville, en revanche, des bureaux de tabac avaient pris moins de précautions, laissant à chacun le soin d’entrer ou pas ou de respecter ou non les distances de sécurité. Malgré les mesures, les rues n’étaient pas totalement désertes ce matin. Des Rennais se sont déplacés pour voter, il est vrai en petite quantité. Ici et là, quelques-uns avaient décidé de courir ou de se promener sur le chemin du halage. D’autres ont un peu de basket avec leurs enfants ou du vélo entre copains et copines.

Dans le parc Saint-Cyr, le vide complet transparaissait. Seule une personne âgée était assise sereinement pour prendre un bol d’air. Face à la pandémie, le premier ministre a décidé ce soir la fermeture, à compter de ce soir minuit et jusqu’à nouvel ordre, de “tous les lieux recevant du public” et qui sont “non indispensables à la vie du pays” :  les restaurants, les cafés, les cinémas,  les discothèques et tous les commerces, à l’exception des commerces essentiels. Resteront ouverts les magasins d’alimentation, les pharmacies, les stations essence, les banques, les bureaux de tabac et de presse.

D’ores et déjà, de nombreux commerçants faisaient part de leur désarroi. “Après les vitrines cassées, les échafaudages à Noël, les gilets jaunes qui n’en finissent jamais, les manifestations à répétition, les travaux en ville, les parcs relais saturés, le 2e métro qui n’arrive jamais, il faut être solide pour se lancer et garder le moral…”, confiait une commerçante de l’hyper-centre. 

A propos de l'auteur

Dragan Brkic.Jean-Christophe Collet

Laisser un commentaire