CECI EST UN TEST 1
Archives Sorties

ANGÉLIQUE : DU STREET ART EN MODE POLIAKOFF

test2

On avait quitté Angélique Dauvilliers un soir de novembre après une exposition à la MJC de la Paillette. On l’a retrouvé aux Petits Papiers, place Saint-Germain, où elle présente “Empreintes urbaines de vies humaines” jusqu’à la fin février 2017.  

                                           Contre la solitude : la couleur

La peintre Angélique Dauvilliers choisit ses lieux d’exposition, comme elle choisit ses thèmes de prédilection, ses formats et ses couleurs. Artiste libre,  indépendante, contemporaine, elle a puisé dans les graffs de la ville son inspiration du jour. Elle y a trouvé des mots. Elle y a déniché la colère. Elle y a surtout découvert la solitude…. 

Comme ces inconnus de la rue, Angélique crie sa révolte. Comme ces amateurs de street art, elle devient la “passeuse” de maux et bien sûr de mots. Elle transforme ses toiles en une source de réflexion contre le manque de communication des hommes et femmes d’aujourd’hui. Elle joue de son art pour dénoncer l’omniprésence de la Toile où les gens achètent, prennent et larguent sans vergogne. “Il est tellement facile de jeter des mots derrière son écran et beaucoup moins de les écrire publiquement !”

Posant son empreinte, Angélique déploie son énergie dans une peinture plongeant allègrement et élégamment dans les formes et les couleurs. Elle vole d’émotion en émotion, de cris en joie. Elle s’approche de son maître, Serge Poliakoff pour devenir simplement une peintre de son temps et une artiste délibérément amoureuse de profondeur et de vie. Angélique Dauvilliers, Empreintes urbaines de vies humaines, jusqu’à la fin février aux Petits Papiers. 

Pour en savoir plus : http://www.angelique-dauvilliers.fr/-Presentation-.html

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire