portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Politique

YVES PRÉAULT N’EST PLUS

Avec son allure mitterrandienne, emmitouflé dans sa célèbre écharpe rouge, Yves Préault ne passait pas inaperçu dans les rues de Rennes. Jusqu’au bout, il s’est battu contre la maladie, mais son combat s’est achevé ce jour. “Pendant plus de trente ans, ce natif de Limoges, qui était tombé amoureux de Rennes à la fin des années 1970, aura été un élu emblématique de notre Ville”, explique Nathalie Appéré, maire de Rennes.

                          Officier de détail

Engagé au Parti Socialiste, auquel il est toujours resté fidèle, Yves Préault devient conseiller municipal auprès d’Edmond Hervé en 1983 et prend en 1989 la responsabilité de la délégation à l’énergie. “Réélu en 1995, 2001 et 2008, il sera un infatigable adjoint à la vie quotidienne, entièrement dévoué aux quartiers populaires, dont les habitants méritaient, pour lui, le meilleur de l’action municipale.”

“Officier du détail”, il aura arpenté chaque rue de Maurepas, quartier dont il était l’élu.  “Il ne négligeait aucune difficulté, exigeant des solutions, encourageant des projets, dessinant un avenir meilleur pour des habitants qu’il aimait et dont il connaissait tous les visages.” Le “maire de Maurepas”, comme beaucoup le surnommaient affectueusement, était fier d’avoir tant œuvré à la rénovation urbaine du quartier, à l’arrivée du métro ou encore à la mise en place de la Carte Sortir ! “Militant de l’égalité et de l’émancipation, il aura travaillé sans relâche et avec beaucoup de cœur pour que le développement de Rennes se fasse au bénéfice de toutes et tous. À titre personnel, je n’oublierai pas l’ami toujours fidèle, le guide bienveillant, le compagnon de route avec qui j’ai partagé tant de complicité et d’engagements.”

                        Un militant infatigable

Ayant quitté la municipalité en 2014, Yves Préault fut aussi conseiller général et départemental entre 2001 et 2015. Il avait été condamné en janvier 2003 par le tribunal correctionnel de Rennes à dix mois de prison avec sursis et à une amende de 1.500 euros pour corruption passive en qualité de trésorier de la Fédération PS. Le tribunal ne l’avait pas interdit d’exercer tout mandat électif durant cinq ans, comme l’avait demandé le ministère public.

 A l’annonce de sa mort, Jean-Luc Chenut, président du conseil départemental, salue “la réussite d’un homme engagé et le parcours d’un élu indéfectible défenseur de son quartier de Maurepas et de son canton.” Même tristesse de la part de Carole Gandon (En Marche). “Rennes et le quartier de Maurepas perdent une grande figure locale. Élu de terrain passionné, son absence laisse un vide dans le cœur des habitants.”

Opposant, Loïck Le Brun (centre droit) rend hommage au “militant infatigable et amoureux de Rennes”. Même les journalistes institutionnels tiennent à saluer sa mémoire. “C’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès de l’ancien adjoint au Maire de métropole de Rennes en charge de la communication et bien sur de son quartier de Maurepas. Il était un Grand supporter du Stade Rennais et de Rennes Volley 35,” confie Stéphane Besnier”, directeur de l’information de TVR35. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire