CECI EST UN TEST 1
Actualités Sport

UN KAYAKISTE RENNAIS AUX JO DE TOKYO

Ecrit par Lisa Begouin
test2

Bonne nouvelle pour le sport rennais ! Mathis Soudi a été sélectionné à seulement 21 ans pour participer aux Jeux Olympiques de Tokyo qui se dérouleront en juillet 2021. Licencié au Kayak Club de Rennes (KC) depuis 5 ans, le jeune homme va concourir sous les couleurs de son pays d’origine (Maroc) dans la catégorie “kayak monoplace homme slalom”.

Athlète complet, Mathis cumule les trophées ! Il y a peu, il a obtenu le titre de champion d’Afrique. Lors de la Pyrénées Cup, en Espagne, il est arrivé 2ème au classement général, juste derrière l’un des champions mondiaux de canoë : le russe Pavel Eigel. Une performance dont le jeune kayakiste peut être fier! “Elle prouve que je suis capable d’aller vite et que je mérite ma sélection pour les JO”, affirme-t-il, déterminé. “Pour l’instant, je le reconnais, je suis plutôt “outsider’” et face à des compétiteurs plus âgés et donc qui ont plus d’expérience que moi.”

A ne pas douter, son âge représente une force et non une faiblesse. “Je rêve des Jeux depuis que je suis tout petit”, confie-t-il. ” J’ai la chance de pouvoir y participer et je compte bien utiliser mon insouciance pour rivaliser avec les meilleurs de la discipline.” A l’annonce de sa sélection, il a “craqué direct” ! “Je me suis isolé 5 minutes sur l’eau. Ça faisait deux ans que j’attendais ce moment,” raconte-t-il avec émotion.

Depuis, le jeune kayakiste veut rester serein. “Je n’appréhende pas du tout, au contraire ! Si j’ai été sélectionné par mon pays, c’est que je dois posséder le niveau pour participer aux Jeux. Je prends plutôt cette sélection comme un objectif atteignable. Je ne veux pas me fixer des barrières. Cette sélection est une belle opportunité mais j’espère aller encore plus loin.”

Une préparation difficile

Pour sa préparation, ce fut en revanche plus compliqué, Covid oblige. Le jeune Mathis a connu une période de découragement, lors du report des JO. “C’était très dur psychologiquement. Je sortais d’un stage de préparation en Australie, je m’étais beaucoup entraîné et tout s’est arrêté net. Depuis la fin du confinement, j’ai retrouvé le plaisir de naviguer, les sensations de l’eau. Je me suis vite remis “dans le bain.”

Cet hiver, le jeune kayakiste s’est envolé à la Réunion pour parfaire son entraînement. “Ce voyage m’a bien servi pour me préparer et cela m’a bien aidé,” affirme-t-il. Mais tout reste encore à faire. Le jeune homme s’entraîne désormais une fois par jour. “Nous sommes dans le qualitatif et non dans le quantitatif”, explique le kayakiste. “Nous aurons un stage à Tokyo 15 jours avant la compétition qui devrait se dérouler le 28 juillet 2021.” 

Appelé à représenter son pays, Mathis Soudi a commencé le kayak dans un petit club à côté d’Angers vers l’âge de 10 ans. Il a ensuite intégré Sports Etudes à Sablé-Sur-Sarthe (Pays de la Loire) où il a fait bien vite ses preuves. “J’ai découvert le haut niveau très tôt”, convient-il. A peine collégien, il commence ses premières compétitions loin de sa famille. “C’était très dur d’être éloigné des miens, mais cela m’a fait prendre conscience de l’engagement et du niveau que l’on attendait de moi.”

Puis, en début de seconde, le jeune sportif a intégré un centre de formation à Rennes. “J’ai disputé ma première coupe du monde à 16-17 ans en Espagne dans le même bassin où il a été sélectionné pour participer aux Jeux. Je vois cela comme une marque du destin ! ” Bien que très compétiteur, le jeune homme fait toutefois la part des choses. “Le moment où je suis le plus performant, c’est lorsque je retrouve cette notion de plaisir. Je n’oublie jamais que j’exerce cette discipline parce que j’aime le bateau et l’eau avant tout. Ça m’aide à désacraliser l’évènement !”, précise-t-il.

Info supplémentaire : Mathis n’est pas le seul Rennais qualifié. Jean-Pierre Bourhis en canoë slalom s’est lui aussi qualifié. Il est Franco-Sénégalais et étudiant à l’INSA de Rennes. Il avait été sélectionné pour Rio. https://jeanpierrebourhis.com/

A propos de l'auteur

Lisa Begouin

Laisser un commentaire