21.6 C
Rennes
lundi 15 juillet 2024
AccueilActualitésUN CONSEILLER FUNÉRAIRE : ILS ÉTAIENT TROIS LORS DE L’INHUMATION !

UN CONSEILLER FUNÉRAIRE : ILS ÉTAIENT TROIS LORS DE L’INHUMATION !

Conseiller funéraire dans une commune proche de Rennes, Christophe est présent auprès des familles pour préparer les obsèques. « J’organise la cérémonie de A jusqu’à Z », confie-t-il. Mais à cette époque de pandémie, son labeur est particulièrement chamboulé. « Si le défunt est mort d’un covid-19, il est placé directement dans une housse mortuaire fermée », assure-t-il. « Les familles ne peuvent plus le voir et n’ont plus accès à la chambre funéraire. A la réception du cercueil, la mise en bière est même immédiate sans la présence des proches. »

                                     Trois personnes présentes à l’église

Si le décès n’est pas lié au virus, les règles sont aujourd’hui plus drastiques. « Pour la préparation des obsèques, nous recevons deux membres de la famille en respectant nécessairement la distanciation sociale », explique Christophe. Pour les cérémonies funéraires, c’est même encore plus compliqué. « L’inhumation se déroule avec cinq proches, pas plus. Lors de mon dernier enterrement, seulement trois personnes étaient présentes à l’église pour trente minutes de messe. La situation est encore pis en cas de mort lié au Covid-19, les funérailles se déroulent au plus vite, le plus simplement possible pour éviter toute contamination. Heureusement, les gens sont assez compréhensifs. »

Pour porter le cercueil, la procédure est très stricte. « Les porteurs doivent être masqués et munis de gants. C’est un impératif dans la mesure où nos employés, en tout cas les nôtres, sont souvent âgés. On fait hyper attention. Mais pour tout vous dire, j’aimerais ne pas les faire travailler durant cette période. » Depuis le vendredi 27 mars, le ministre chargé des relations avec les collectivités territoriales a allongé le délai de 6 à 21 jours – voire plus avec l’accord du préfet – pour précéder à l’inhumation ou la crémation d’un défunt. « Le dépôt d’un cercueil hermétique dans un dépositoire ne peut excéder six mois. A l’expiration de ce délai, le corps est inhumé », a-t-il  ajouté.  

D’après le Premier ministre, les crémations doivent se dérouler à huis clos avec seuls cinq membres de la famille autorisés à entrer. Même scénario pour les inhumations dans les cimetières avec pas plus de dix personnes autorisées à entrer. Avant la fermeture du cercueil, quelques entreprises de pompes funèbres entrouvrent parfois la housse pour laisser apparaître le visage du défunt mort du Covid-19. Mais chez les professionnels du secteur, cette pratique reste très rare.  

Le virus présent cinq jours après le décès ! « A l’institut médico-légal de Garches, explique le journal Le Parisien, des médecins ont trouvé trace du Covid cinq jours après le décès. » Mais le cadavre était-il dangereux ? Cette découverte a en tout cas rehaussé d’un cran le degré de protection. « Nous sommes encore plus attentifs. Même s’il s’agit d’un décès, suite à un accident de la route, nous sommes en tenue complète avec un masque FFP2 dans la salle d’autopsie », précise dans les colonnes du Parisien, Geoffroy Lorin de la Grandmaison, chef du service de médecine légale à l’hôpital Raymond Poincaré. »

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

FESTIVAL DES SAVOIRS ET DES ARTS : À VOS MARQUES, PRÊTS, CRÉEZ !

Alors que l’été ne fait que commencer, l’association ATD Quart Monde convie les Rennais à découvrir son festival des Savoirs et des Arts, gratuitement,...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser