CECI EST UN TEST 1
Actualités

REDÉCOUVRONS RENNES : LA COURROUZE, ENTRE MODERNITÉ ET FRICHES

test2

On entend tout et son contraire sur le quartier de la Courrouze. Pour se faire une opinion, il suffit de sy rendre à pied ou à vélo par un chemin ombragé partant du bas de la rue Jules Verne (devant les Compagnons du Devoir) et longeant une voie ferrée. Le meilleur moyen pour apprécier un quartier à sa juste valeur ! 

Ici, on est dans le temple des graffs, des pistes de rollers et des terrains de basket. Là, les amateurs d’ambiance urbaine découvriront des immeubles cachés dans des espaces de verdure et les Halles de la Courrouze, haut-lieu culturel rennais et jacquolandin. 

Des immeubles cachés dans des espaces de verdure

En sortant du chemin, on arrive devant le centre de sélection de l’armée. Dans les temps passés, certains s’y rendaient la tête basse rêvant d’échapper à la corvée du service militaire. Mais on négligera la grande muette pour visiter des bâtiments désaffectés de la caserne (bientôt en voie de disparition) où les graffeurs s’en donnent à cœur joie. Juste à côté, le Pavillon de la Courrouze, vestige du passé industriel du quartier, est un lieu d’accueil et de vie à destination des habitants et acteurs de La Courrouze. Son perron est décoré par un graffeur de renom, Ali.

Le temps du repos nécessaire, on repart à travers champs où les lapins feignent de ne pas nous voir ! On est à la frontière entre Saint-Jacques de la Lande et Rennes et dans un endroit où les voies routières sont encore désertes. On marche quelques instants sur le bitume puis on bifurque vers un petit chemin où l’on trouve là quelques bâtiments désaffectés de l’armée.

Un quartier de Défense à la Rennaise

Quelques mètres encore et on arrive directement à Saint-Jacques de la Lande où l’on fait un petit détour par le futur parking relais et la prochaine gare métro. En revenant, on décide de faire un crochet pour observer de plus près les sièges du Crédit Agricole et le groupe Legendre (sorte de quartier de la Défense à la Rennaise). En ce dimanche, peu d’habitants aux fenêtres…mais on imagine aisément du monde en semaine.

En reprenant la direction du centre ville, on passe devant un cirque et quelques roulottes. On snobe les bâtiments désaffectés où se déroulent quelques animations le week-end pour filer le long d’un boulevard vers l’entreprise Digitaleo et les immeubles du quartier. Ici où là, on découvre les oeuvres de nos architectes et la construction d’une école abandonnée pour cause de sols pollués (un autre projet est en cours). Notre promenade s’achève dans le bar du quartier Old School Café (aujourd’hui très fréquenté) et à deux pas château d’eau décoré de milles couleurs où il est écrit en grand la Courrouze.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire