11.9 C
Rennes
mercredi 17 avril 2024
AccueilActualitésPollution aux particules fines : mieux vaut éviter l'exercice en plein air

Pollution aux particules fines : mieux vaut éviter l’exercice en plein air

La métropole rennaise connaît un pic de pollution aux particules fines depuis près d’une semaine, dû au manque de vent et aux nuits froides qui invitent les Rennais à pousser le chauffage. Il est conseillé de ne pas faire d’efforts intenses à l’extérieur en attendant la dissipation de la pollution.

« C’est une conjonction que l’on retrouve tous les hivers quand l’anticyclone s’installe, explique Gaël Lefeuvre, le directeur d’Airbreizh, l’association chargée de mesurer la pollution de l’air en Bretagne. Les gens chauffent le soir à cause du froid et il n’y a pas de vent pour balayer les particules ». 

La pollution supplémentaire vient s’ajouter au trafic automobile habituel. « Le chauffage au bois est particulièrement polluant, notamment dans les cheminées, précise le directeur d’Airbreizh. Il relâche des particules très fines, qui ne sont pas prises en compte par les textes législatifs qui permettent de déclencher une réponse de la préfecture ».

En effet, les mesures d’atténuation de la pollution (réduction de vitesse sur la rocade, pastille verte…) ne sont prises en compte que pour les particules les plus « grosses ». Le spécialiste de la pollution de l’air rappelle qu’en période de forte pollution comme celle-ci, il est déconseillé de faire du footing en ville ou des efforts physiques intenses, même pour les personnes non fragiles.

Pascal Branchu, de l’association la Nature en Ville, déplore également le manque d’intervention des pouvoirs publics en cas de forte pollution. « Ces particules très fines ne sont pas prises en compte et pourtant, elles sont très dangereuses, précise-t-il. On peut faire des choses pour les diminuer : ne plus prendre l’avion, isoler sa maison et protéger les arbres, véritables puits de carbone ».

Le militant écologiste rappelle également que les entreprises doivent faire un effort. « Sur certains chantiers de bâtiment, les ouvriers brûlent les déchets en plein air, remarque-t-il. C’est strictement interdit et j’ai déjà prévenu la police municipale quand je l’ai constaté. Je ne sais pas s’ils sont intervenus ».

L’épisode de pollution devrait cesser d’ici la fin de la semaine, avec l’arrivée d’une perturbation. « La pollution ne disparaît pas dans ce cas là, ajoute le Gaël Lefeuvre. Elle se déplace simplement. Elle ne stagnera plus au-dessus de la ville mais sera emportée par le vent ».

Carole André

// Dernières nouvelles publiées

DES CHUTES DE PANNEAUX À L’ÉCOLE SIMONE VEIL 

Le Pôle éducatif Simone Veil, situé dans le quartier de la Courrouze à Rennes, connaît quelques déboires, depuis le début du mois d’avril 2024....
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser