"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Politique

NEWS MUNICIPALES : LE FATALISME DE L’OPPOSITION

Ecrit par Dragan Brkic

Les prochaines municipales approchent à grands pas. Elles ne semblent préoccuper que le petit microcosme politique rennais. Elles seraient même marquées par un certain renoncement devant la gauche socialiste l’emportant toujours largement faute de candidats charismatiques dans l’opposition de droite, du centre ou de l’écologie…  Un certain fatalisme règnerait ainsi à Rennes.

                             Un arrière-goût de déjà-vu…

Jadis, les Rennais votaient socialiste parce que la Ville était bien gérée par Edmond Hervé, voire Daniel Delaveau, mais depuis le départ de l’ancien maire historique, beaucoup d’entre eux auraient d’évidence bien aimé tester l’alternance, histoire de changer d’appareil, de système, d’habitudes. Ils auraient aimé le changement rien que pour connaître une autre façon de gérer la cité, et surtout régénérer la démocratie locale… Mais manque de chance, à chaque fois qu’une opportunité se présente, que l’appareil socialiste chancèle un peu sur un sujet ou un autre, les candidats à la plus haute fonction locale n’ont pas les épaules assez larges ou la notoriété suffisante leur permettant de concurrencer la majorité rose…Du coup, les Rennais revotent machinalement, soit par intérêt personnel, soit par conviction, soit par dépit pour les sortants tandis que d’autres s’abstiennent ou donnent leur voix à des listes secondaires…Que se passera-t-il cette fois-ci avec une élection qui sera atypique et pour une fois peut-être ouverte ? 

                        La liste En Marche est-elle trop timorée ?

Face aux Socialistes, la peur des listes concurrentes est de froisser l’électorat en tapant trop fort sur le système rennais établi depuis plus de 40 ans. Carole Gandon, la candidate d’En Marche a l’air de ne pas échapper à cette règle tacite. À force de clamer qu’elle est dans le diagnostic, on subsumerait qu’elle n’a pas elle-même des idées très précises sur l’action de la municipalité socialiste (faut dire aussi qu’elle-même est une ancienne socialiste). Pourtant, les problèmes se sont amplifiés durant le dernier mandat : l’essor de la densification urbaine, la tranquillité publique malmenée par l’indolence des autorités, la circulation de plus en plus compliquée en ville et en périphérie, la pollution de l’air qui envahit notre quotidien, la transition écologique menée à l’emporte-pièce…. Mais face à ces enjeux, Carole Gandon semble plus préoccupée par les personnalités médiatiques – comme l’ancien président du Stade Rennais, De Saint-Sernin – qu’elle aurait aimé présenter sur sa liste que par les préoccupations des Rennais.

                     Les Verts sont-ils prêts à exercer le pouvoir ?

Les verts, eux, ont décidé sans aucune surprise de faire une liste au premier tour en ne passant pas d’accord préalable avec Nathalie Appéré. Non sans raison, le vent électoral des dernières élections européennes (en deuxième position derrière en Marche) leur donne des raisons d’espérer de terminer devant la liste de Nathalie Appéré. En revanche Mathieu Theurier sera-t-il capable de gagner une élection municipale sans apporter des gages de crédibilité quant à la transition écologique qu’il souhaite mettre en place sur le territoire rennais ? Il a déjà annoncé qu’il comptait mettre 1 milliard d’euros dans le projet de transition écologique. Mais ce milliard, c’est grosso modo deux fois le budget de la ville de Rennes, c’est le prix de la première ligne de métro. Et que signifie investir une telle somme dans la transition écologique ?

                      Un candidat miracle ! 

Carole Gandon, Mathieu Theurier, Nathalie Appéré… Qui pourrait être le quatrième larron, le candidat-surprise ? Certains utopistes verraient bien le président du carré rennais, Charles Compagnon, à la tête de la plus haute fonction locale. Se présenterait-il tout seul aux élections, il risquerait de faire guère mieux qu’un certain Taillandier, autre commerçant qui présenta jadis une liste. A droite, d’autres espèrent une candidature d’Anaïs Jéhanno, directrice adjointe du centre hospitalier Guillaume Régnier et secrétaire départementale de la Fédération d’Ille-et-Vilaine des Républicains. Espérons seulement que cette candidature donne un peu de folie à la prochaine campagne municipale. Car oui, tout est possible, pour tout le monde d’ailleurs, à condition d’y croire, de proposer une vision claire et juste sur les sujets sensibles. Le temps des municipales permet ce genre de défi…Il doit amener des débats et des passes d’armes.

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire