"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Sorties

MARIANO OTERO EN EXPO

Les vieux Rennais croisent parfois sa silhouette dans les rues de Rennes. Pour les plus audacieux, ils le saluent souvent respectueusement. Ils pourront voir une partie de son oeuvre au carré Lully à l’opéra de Rennes jusqu’au 13 juillet prochain.  

Mariano Otero est le fils d’Antonio Otero Seco, écrivain, poète et journaliste espagnol républicain, contraint de s’exiler en France en 1947. Arrivé plus tard à l’âge de 14 ans en France où il rejoint son père en 1956, il entre un an plus tard aux Beaux-Arts de Rennes avec son frère aîné Antonio.

Sortis tous deux diplômés en 1962 de l’école, ils créent avec  Clotilde Vautier (future épouse d’Antonio) dans la capitale bretonne “L’Atelier des Trois” et exposent leur œuvre dans plusieurs galeries de Bretagne et de France.

En 1973, Mariano Otero fonde le Cercle espagnol de Rennes, puis le Centre culturel espagnol de Rennes en 1999 dont il devient le président pendant sept ans. Il en est encore aujourd’hui Président d’honneur. 

En presque 60 ans de carrière, le plus breton des peintres espagnols a exposé à Paris, Madrid, Londres, New York, Bruxelles et dans plusieurs villes de France et d’Europe. Dans le carré Lully, il présentera quarante affiches militantes éditées par La Part commune. Cette exposition, visible du lundi 19 juin au jeudi 13 juillet, est soutenue par la Ville de Rennes. Opéra de Rennes. Carré Lully.

Pour compléter la découverte de son oeuvre, direction le café Cortina, rue du Docteur Joly où le comptoir est entièrement peint par l’Espagnol (Le Picca possédait d’ailleurs une collection de dessins du peintre du temps de l’ancien propriétaire).  Mariano Otero peint souvent des femmes au café, des danseuses de tango, des fameuses baigneuses aux formes généreuses, mais aussi des portraits et de nombreux nus. 

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire