"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Patrimoine

LOUIS GARIN, LE PEINTRE DÉCORATEUR OUBLIÉ

Au siècle dernier, Mathurin Méheut réalise la décoration des panneaux décoratifs de l’institut de géologie de Rennes, Jean-Julien Lemordant le plafond de l’opéra. Mais derrière ces ceux peintures talentueux, on oublie à tort un artiste beaucoup moins connu, mais tout aussi talentueux dans son “empreinte” de décorateur. 

Le triptyque de Louis Garin, réalisé en 1931, pour un hôtel de Trébeurden, est aujourd’hui à la galerie Courtois, à Dinard !

 
Né à Rennes, en 1888, Louis Garin travaille à la compagnie des chemins de fer. Mais c’est en artiste-peintre qu’il s’épanouit. Dans sa ville de cœur, il réalise de grands décors dans les années 20 : la salle à manger de l’hôtel Duguesclin, la salle des dépêches du local Ouest-Eclair et les fresques de l’église Sainte-Thérèse. “Louis Garin, écrivait notre quotidien, s’est acquis un nom brillant dans le monde des artistes de la région. Ce nom, il ne doit à un travail incessant et  méthodique et à des dons naturels incontestés.”
Peintre traditionnel, prix d’excellence des Beaux-Arts, Louis Garin représente dans ses tableaux la vie quotidienne des Bretons, les régates, les pardons, les fêtes traditionnelles de l’entre-deux-guerres. Régulièrement, il illustre des périodiques, des ouvrages et travaille avec la manufacture HB de Quimper. En 1929, son travail sur l’Ile aux Moines est présenté à la galerie Bernheim à Paris. En 1935, il expose à l’Ouest Eclair avec René-Yves Creston et Ernest Guérin. Louis Garin décédera le 13 octobre1959 au Val d’Izé.
 Louis Garin, dans Ouest-Eclair et devant une de ses oeuvres de l’église Sainte-Thérèse.

 

Les fresques de Sainte-Thérèse

Extrait du journal Ouest-Éclair sur les fresques de Sainte-Thérèse (1935) : “Monsieur l’abbé Mouézy a chargé le peintre Louis Garin de réaliser de grandes et belles fresques, retraçant la vie de sainte Thérèse de Lisieux. Ces fresques qui ne mesureront  pas moins de 6 m de base sur 4 m 15 de haut seront marouflées sur les faces intérieures d’une tour centrale carrée de 12 m de côté.” Elles représentent,  avec le plus de vérité possible, les différentes étapes de la vie de Sainte Thérèse : sa guérison, son audience avec le pape, sa vie dans sa cellule et… sa pluie de roses. 

Extrait du journal Ouest-Éclair sur la salle des dépêches (29/07/1924) : “Le plafond de notre salle des dépêches constituent bien un tour de force et l’on conviendra que cette œuvre classe d’emblée Louis Garin au premier rang des décorateurs intelligents et ingénieux.  Il n’était pas facile, en effet, d’insérer dans les multiples alvéoles, qui forment le plafond  des panneaux décoratifs. Louis Garin, avec les ressources de son imagination heureuse et de sa science profonde, y a magistralement réussi.”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire