18.5 C
Rennes
mercredi 12 juin 2024
AccueilActualitésL’ORCHESTRE SE FAIT SONNER LES CLOCHES

L’ORCHESTRE SE FAIT SONNER LES CLOCHES

La chambre régionale des comptes est un organisme chargé de surveiller le budget et la gestion des collectivités et des associations recevant de l’argent public. C’est dire son importance ! En toute indépendance, elle agit sur notre territoire breton. Après le TNB et Centre de production des paroles contemporaines (Mythos), elle s’est penchée sur une vieille institution et association : l’orchestre national de Bretagne (ONB). Encore une fois, elle n’est pas tendre avec un office culturel rennais ! 

L’ONB, fondé en 1989, englobe 38 musiciens. Il a été le treizième ensemble labellisé « Orchestre national en région » par le ministère de la Culture, en octobre 2019. Il s’est étoffé entre 2017 et 2019, tant au regard du nombre de concerts et représentations que de celui des spectateurs. « La crise sanitaire a toutefois amené le groupe à annuler 64 spectacles en 2020 et à réduire l’offre payante (de 69 600 à 26 900 places entre 2019 et 2021)», explique la chambre régionale des comptes de Bretagne. 

Malgré la qualité des prestations musicales, la chambre invite l’orchestre à se rapprocher de l’opéra (voir notre infos +). « Nous avons déjà des synergies », convient Marc Feldman, administrateur de l’ONB dans le quotidien Ouest-France. « Nous sommes deux entités indépendantes, dont les statuts sont très différents. Un rapprochement n’est pas à l’ordre du jour. » Même son de cloche chez Benoit Careil, élu chargé de la culture, toujours dans les colonnes du journal. « Il est impossible de rajouter une force artistique de 47 musiciens permanents à l’opéra. » 

En clair, l’ONB et la ville invitent à passer notre chemin. Sauf qu’à lire de près le rapport de la chambre régionale des comptes, on est quelque peu surpris par le nombre de « fausses notes » pointées par les magistrats. L’orchestre n’informe pas assez ses financeurs, donne trop de concerts à Rennes, ne connaît pas assez son public et n’a pas de politique d’évaluation de son offre. Mais ce n’est pas tout ! L’ensemble aurait une pratique d’embauche obscure, un effectif souvent incomplet pour un répertoire de qualité, un régime de travail très favorable à ses musiciens… Sans compter les risques auditifs pour ses violonistes et autres dans sa salle de répétition ! 

Dans sa réaction au rapport provisoire, l’ONB indique vouloir engager en ce sens une « discussion avec des partenaires » en vue d’apporter les réponses les plus appropriées. « Le recrutement de son futur directeur musical, ajoute la chambre régionale, constitue le moment propice d’une réflexion de fond sur le devenir de l’association et son éventuel rapprochement avec d’autres structures, comme l’opéra de Rennes. »

 

Infos + : L’ONB ne possède pas de son propre espace de concert. Il bénéficie d’une disposition partielle de l’opéra et d’aides pour la location du couvent des Jacobins. Mais à croire les magistrats rennais, cette organisation multiplie les coûts au lieu de procurer des économies. « La coexistence à Rennes de deux offices culturels aux métiers complémentaires nuit à la mutualisation des fonctions supports et de l’immobilier : billetterie, direction, missions administratives, salles de répétitions… (…) La chambre recommande aux membres de l’association d’engager une réflexion visant la recherche de synergies avec l’opéra de Rennes. »

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

LÉGISLATIVES : LES REPRÉSENTANTS DE LA DROITE ET DU CENTRE RENNAIS N’IRONT PAS

Les récentes élections européennes ne sont pas sans conséquence sur la politique locale ! Dès lundi, le conseiller municipal Charles Compagnon (centre droit), annonçait ne...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser