CECI EST UN TEST 1
Faits divers

LES TÉLÉPHONES PORTABLES VOLÉS À RENNES ALIMENTAIENT UNE FILIÈRE ALGÉRIENNE

test2

“Le centre-ville de Rennes a connu à l’été 2020 un phénomène d’appropriations violentes, notamment de bijoux et de téléphones portables, commises par des mineurs ou jeunes majeurs étrangers en errance”, explique le Procureur de la République, dans un communiqué, envoyé à notre rédaction.

Afin de répondre à cette situation, plusieurs mesures ont été prises en liaison entre la préfecture, le parquet de Rennes et la mairie de Rennes. “Il s’agissait du renforcement de la présence policière (police nationale et police municipale) aux heures et lieux concernés, du développement de la vidéo protection (concrétisé par la signature du Contrat de sécurité intégré de Rennes le 1er octobre dernier par le Premier Ministre et la maire de Rennes), d’une réponse pénale ferme et de l’ouverture d’une enquête préliminaire afin d’objectiver l’existence d’un réseau de recel des biens ainsi dérobés.”

Vers l’Algérie

A Rennes en 2020, 168 interpellations ont concerné ces mineurs ou jeunes majeurs étrangers en errance, s’agissant de 76 personnes différents (dont certaines interpellées plusieurs fois) qui devaient, après analyse, se révéler être 66 mineurs et 10 jeunes majeurs. A la suite de 34 défèrements au parquet, 26 ont fait l’objet d’une peine d’emprisonnement ferme dont 9 ont été immédiatement incarcérés et 4 mineurs ont fait l’objet d’un placement. L’origine de ces personnes correspondait pour l’essentiel à 46 % d’Algérie , 46 % du Maroc et 4 % de Tunisie. “Dix-neuf de ces 76 personnes étaient des mineurs ou jeunes majeurs non accompagnés -MNA- pris en charge par le Conseil départemental (sur les 730 pris en charge). Au premier semestre 2021, il s’agissait de 50 interpellations correspondant à 35 personnes différentes (31 mineurs et 4 majeurs). Dont l’origine était à 34 % de Tunisie, 31 % d’Algérie et 23 % du Maroc.”

 730 mineurs ou jeunes majeurs non accompagnés -MNA- sont pris en charge par le département d’Ille et Vilaine.

Cette enquête préliminaire confiée par le parquet de Rennes à la sureté départementale a permis de mettre effectivement à jour une filière centrée sur le Val de Marne qui récupérait les téléphones dérobés notamment à Rennes afin de les acheminer en Algérie avec la complicité de stewards d’une compagnie aérienne et d’un fonctionnaire local. Eu égard à la complexité des investigations à conduire, une information judiciaire criminelle était ouverte le 19 février 2021 au cabinet de M. David Bénichou, vice-président en charge de l’instruction au tribunal judiciaire de Rennes. “Dans le cadre de cette information judiciaire, au moins 600 téléphones mobiles haut de gamme ont ainsi été exportés sur la seule période de décembre 2020 et février 2021, générant un profit de plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois.”

Une opération de police judiciaire en date du 7 octobre 2021 a permis de procéder à l’interpellation des principaux protagonistes de ce réseau qui collectait également des téléphones dérobés à Paris et en Normandie. Lors des perquisitions opérées à Ivry sur Seine (94) plusieurs dizaines de téléphones portables, des ordinateurs portables, une station de blanchiment des téléphones, une Maserati immatriculée au Luxembourg, ont notamment été saisis (voir photographies).

A ce jour, 4 personnes, originaires d’Algérie, jusqu’alors inconnues de l’institution judiciaire, ont été mises en examen du chef de recel en bande organisée de vols commis en bande organisée. Trois ont été écrouées, dont l’organisateur de ce réseau, de nationalité algérienne bénéficiant d’une carte de résident au Luxembourg, les autres ont été placées sous contrôle judiciaire strict. Un steward de 42 ans, ayant la double nationalité française et algérienne, a été interpellé à son atterrissage à l’aéroport d’Orly (94), vendredi 8 octobre. Mis en examen pour avoir assuré ces derniers mois, grâce à ses fonctions professionnelles, plusieurs transports de téléphones volés entre la France et Algérie, il a été placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention. Le magistrat instructeur l’a astreint en outre à l’interdiction de travailler pour toute compagnie aérienne ou toute entreprise implantée en zone aéroportuaire.

Cinq personnes sont donc à ce stade mises en examen. Quatre autres stewards de la compagnie Air Algérie font l’objet de mandats d’arrêt; Les mis en examen encourent notamment une peine de 15 ans de réclusion criminelle, outre une amende 750 000 euros ou la moitié de la valeur des biens recelés. Les investigations se poursuivent sur commission rogatoire en France et auront vocation à se prolonger au Luxembourg et en Algérie selon les mécanismes de la coopération judiciaire, bilatérale ou européenne. “Je tiens à saluer le travail de très grande qualité réalisé par la Sureté Départementale de Rennes qui a permis de mettre à jour puis de démanteler le réseau qui permettait l’écoulement des biens dérobés sur Rennes. Ce travail de fond ne peut que contribuer à apporter une réponse concrète et efficace à ce phénomène qui a pu troubler fortement l’ordre public local.”

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire