CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives

LES CYCLISTES NE DOIVENT PAS ÊTRE LA CINQUIÈME ROUE DU CAROSSE

test2

A l’heure où la ville de Rennes réduit à portion congrue les voies routières, Rennes Infos Autrement a rencontré les représentants de l’association Rayons d’Action, Sébastien Marrec et Florian Le Villain. Tous deux veulent défendre les cyclistes et promouvoir le vélo dans tout Rennes. Interview sans concession des amateurs de la petite reine.  

Quels sont vos objectifs ?

Notre but est de sensibiliser sur l’usage et les intérêts de la bicyclette au quotidien mais aussi d’améliorer les aménagements et leur sécurité sur la métropole rennaise. 

Combien avez-vous d’adhérents ? 

Les trois quarts de nos 800 adhérents sont des Rennais. Nous avons maintenant un peu plus d’adhérents qui habitent en périphérie de Rennes.

Que pensez-vous des aménagements cyclables rennais ? 

Rennes n’est pas la pire ville ! Elle dispose d’un bon réseau comme dans d’autres villes. Mais nous continuons à nous battre pour proposer des aménagements cyclables en site propre aux personnes les plus vulnérables  (enfants, personnes âgées et débutants). 

Quel est l’obstacle principal à l’usage du vélo ?

La sécurité et il est donc important de développer des sites propres sur les grands axes rennais. 

Vous avez un écho favorable de la mairie, notamment de Sylviane Rault, adjointe au maire…

Oui ! Mais si nous prenons au pied de la lettre leur plan ambitieux, il faut doubler la part du vélo dans la ville. Il faut accélérer l’usage de la bicyclette. Les cyclistes ne doivent plus être la cinquième roue du carrosse !

La société rennaise est-elle prête à l’essor du vélo ? 

C’est difficile pour les gens qui ont l’habitude de conduire depuis 40 ans, mais il y a toute une frange de la population ouverte à l’usage du vélo.

Comprenez-vous que des Rennais vous voient d’un mauvais oeil ? 

On n’est pas une caricature. On ne condamne pas la voiture, on sait très bien que le vélo n’est pas la solution unique. On sait très bien également qu’une partie de la population ne peut pas faire de bicyclette. Nous militons  pour proposer des alternatives à la voiture : les transports en commun, le covoiturage et bien sûr le vélo. 

Vous n’êtes pas des militants jusqu’au-boutiste…

On n’est pas tout vélo. Si on l’était, ce serait arbitraire et doctrinaire. Nous voulons simplement un rééquilibrage. Nous voulons arriver au même niveau que des villes comme Strasbourg pour que chacun puisse circuler librement. 

Beaucoup ont besoin de leurs voitures, les chefs d’entreprise comme les salariés…

Dans d’autres villes, les aménagements cyclables n’ont pas été faits dans la joie et la bonne humeur. A Amsterdam, il y a eu beaucoup de conflits, de manifestations violentes, mais aujourd’hui tout le monde est ravi de pouvoir circuler à vélo. 

Des automobilistes viennent de l’extérieur de Rennes pour travailler. Beaucoup ont besoin de leur voiture. Que leur proposez-vous ? 

On ne peut pas empêcher les gens d’utiliser leur voiture. Mais nous voulons apporter des solutions, un réseau structurant pour les automobilistes qui n’ont pas toujours besoin de leur voiture. Nous voulons un réseau métropolitain où chacun pourrait rouler à 25 km/h. 

Pensez-vous que les élus y sont prêts ? 

Ils ne voient pas tous l’intérêt, mais ils commencent à travailler sur un réseau express où l’on pourrait parcourir 15 kilomètres en moins de trente minutes dans la première couronne, et ce avec des vélos électriques. Si on offrait un réseau durable, on aurait une alternative sérieuse. 

Est-ce que vous n’allez pas trop vite en besogne ? 

Nous essayons d’être en accord avec les objectifs élevés de la ville et de lutter contre la pollution. Mais bien plus nous voulons donner le choix aux gens et ne plus les condamner à prendre leur voiture. Notre priorité est de rééquilibrer les usages. Nous pensons aujourd’hui que le vélo a sa place. Mais nous ne sommes pas là pour mettre tout le monde en selle, partout et tout le temps. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire