Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités Faits divers

LE CHÊNE TOMBE SUR LA GRAND-MÈRE ET SA PETITE-FILLE AU THABOR : LA COLÈRE DU GRAND PÈRE

test2

Mercredi 7 octobre 2020, vers 18 h, Christine Biger et sa petite fille âgée de trois ans font une petite halte devant la cage aux oiseaux du parc du Thabor. Toutes deux profitent de ce mercredi après-midi avant de rentrer chez la mère de l’enfant dans le centre-ville. Soudain, elles entendent un grand bruit bizarre et… se retrouvent sous les grandes branches d’un chêne de 25 mètres deux fois centenaires. “Ma femme a a sans doute voulu protéger ma petite-fille. Elle a été projetée entre la barrière et le grillage de la volière”, explique le mari encore ému, Pierre-Henri Biger. 

Un grand boum

Sur place, de nombreuses personnes ont assisté à la scène et ont entendu les cris de l’enfant. “J’étais sur la terrasse”, explique Jeanne, serveuse du café du Thabor, situé à deux cent mètres de l’endroit. “Il y avait encore un peu de monde dans le parc. J’ai entendu un grand boum ! C’était impressionnant. Quelques minutes après, des camions de pompiers sont arrivés dans le jardin”, ajoute-t-elle.

Prise en charge par les secours, la sexagénaire était encore hospitalisée cette après-midi pour des examens complémentaires. Heureusement, la fillette n’a pas été touchée par la chute. “Les pompiers sont restés de longues minutes sur place pour couper des branches en n’espérant trouver aucune autre victime”, confie Pierre-Henri Biger. “On a échappé de peu à un drame. A d’autres moments, beaucoup de personnes (avec des jeunes enfants) s’y promènent souvent. Cela aurait été catastrophique !”

Ce n’est pas un incident !

Un jour à peine après l’accident, Pierre-Henri Biger ne veut pas minimiser l’affaire. “C’est terrifiant ce qui s’est passé. On ne peut pas traiter cela à la légère, en parlant d’un incident. Ce n’est pas anodin qu’un chêne de 25 mètres vous tombe dessus ! Cet arbre faisait l’objet de mesures. Son tronc était creux et, sans un être spécialiste, on pouvait deviner aisément qu’il était dangereux.” D’ailleurs, depuis quelques semaines, le chêne était entouré d’un périmètre de protection de quelques mètres avec des barrières interdisant le passage dans une contre-allée. “La ville connaissait le danger. Le périmètre de protection n’était pas suffisant. Si on met une protection, celle-ci doit protéger. Elle aurait dû permettre que l’arbre tombe sans écraser les gens…La responsabilité civile, voire pénale, de la municipalité peut être engagée dans une affaire comme celle-ci.”

Contacté par nos soins, le service des jardins n’a pas daigné nous répondre. “Cela met à mal la surveillance des arbres”, fait remarquer Pascal Branchu, président de l’association Nature en Ville. “La dernière tempête a fragilisé nombre de sujets et en a fait tomber d’autres. Seule une visite sur site peut permettre d’expliquer ce qui s’est passé. Je pencherai toutefois pour une atteinte aux racines stabilisatrices,” ajoute-il

Le chêne était le plus vieil arbre du Thabor (200 ans). Il laisse désormais son titre à un cèdre du Liban, non loin du manège des enfants. Le responsable des jardins de la ville et l’élu du quartier ont joint ce matin Pierre-Henri Biger. Il y a sept mois, un arbre du parc du Thabor était déjà tombé après une tempête (https://www.rennes-infos-autrement.fr/le-vent-dechaine-fait-tomber-le-chene-seculaire/. Beaucoup de témoins demandaient ce matin un diagnostic de l’ensemble des pins, des conifères et autres arbres de notre magnifique parc.

A quelques mètres de l’accident, un autre périmètre de protection a été mis en place.

Phrase du jour : “Pourquoi la ville va supprimer des arbres en bonne santé avenue Janvier alors qu’elle en maintient en mauvais état ?”, s’interroge Pierre-Henri Biger. “J’espère que notre petite fille ne sera pas trop marquée par cette histoire”, ajoute-t-il.

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire