maroquinerie artisanale

CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

JEAN DE LA VARENDE : L’ÉCRIVAIN VÉCUT DANS UN HÔTEL PARTICULIER DU CENTRE-VILLE

test2

Jean de la Varende est un écrivain aujourd’hui oublié. Pétainiste et royaliste, il doit sans doute son oubli dans le panthéon littéraire du XXe siècle à ses engagements plus que douteux. Comme Paul Féval, lui aussi royaliste et Rennais de souche, il ne fait l’objet d’aucun culte rennais à l’exception d’une petite plaque commémorative au 1 rue du Contour de la Motte, à deux pas de la piscine Saint-Georges.

Un Normand Breton

Né en Normandie, à Chamblac (Eure), Jean de la Varende perd son père en bas âge. Seule, sa mère retourne à Rennes où elle habite avec lui chez son père, l’amiral Fleuriot de Langle, descendant d’un compagnon de route de La Pérouse. Dans un hôtel particulier, le futur écrivain passe une enfance heureuse de 1899 à 1905, non loin du Thabor et de l’abbaye Saint-Georges qu’il aime tant.  

Jean de la Varende n’évoque que très peu sa ville d’enfance dans ses ouvrages. Il fait uniquement référence à la cathédrale de Rennes dans un roman intitulé Roi d’Ecosse en 1941. Mais à l’exception de ce dernier ouvrage et de quelques articles publiés ici où là dans des revues conservatrices, Jean de la Varende fut plutôt inspiré par la campagne normande, ses paysans et ses nobles.

Grand prix de l’Académie française

De son vrai nom Jean Balthazar Marie Mallard de La Varende Agis de Saint-Denis, baron Agis de Saint-Denis, l’écrivain fut membre de l’Académie Goncourt de 1942 à 1944. Il est l’auteur d’une vingtaine de bouquins (Nez de Cuir, Man d’Arc) et plus de deux cents nouvelles . Il fut aussi le biographe de Surcouf et de Suffren et reçut le Grand prix de l’Académie française en 1938. Il est mort le 8 juillet 1959 à Paris.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire