maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

BÂTIMENT PASTEUR : LA DROITE DÉNONCE UNE DÉRIVE BUDGÉTAIRE

test2

Située à quelques encablures du palais Saint-Georges, l’ex-Fac Pasteur est un bâtiment exceptionnel de la ville. Elle est un édifice remarquable situé dans le centre de Rennes, construit partir de 1888 par l’architecte municipal Jean-Baptiste Martenot et son confrère Emmanuel Le Ray. Il fut pleinement occupé de 1897 à 1967 par la faculté des sciences puis plus tard par la faculté dentaire jusqu’en 2018.

Un coût supplémentaire de deux millions d’euros

Depuis, ce bâtiment fait l’objet d’une vaste restauration. Il doit abriter une école, un édulab (nouvel espace de formations, de partage et d’expérimentations numériques) et un hôtel à projets (vaste fourre-tout culturel de 2150 m2). Mais les travaux ont pris du retard. Un temps annoncé en 2019, l’école ouvrira à la rentrée prochaine. “C’est une bonne nouvelle”, explique Antoine Cressard, conseiller municipal de l’opposition. “Cet établissement nous rappelle, s’il en est besoin, l’importance vitale du système éducatif scolaire porté en particulier par les équipes pédagogiques et les personnels de nos établissements.”

Mais la bonne nouvelle en cache une mauvaise : le coût des travaux. Un temps prévu à 10 millions d’euros (voir le dossier de presse de la ville), le chantier dépasse désormais les 12 millions d’euros. “Dès 2015, nous avions alerté la mairie sur la probable dérive des coûts de cette opération”, confie Antoine Cresssard. “Nous devons encore une fois voter une augmentation de l’enveloppe de l’opération de 305 000 €HT, du fait de travaux supplémentaires, ce qui porte celle-ci à 12,500 M€ HT. Ce réajustement est le dernier à ce jour d’une liste déjà longue. Cela fait en tout une augmentation de 25% de l’enveloppe initiale en 5 ans soit le quart du budget initial prévu. Les faits nous donnent donc raison.”

Certes, Antoine Cressard reconnaît les ajustements techniques et financiers de ce type de restructuration et de rénovation sur un bâtiment patrimonial. “Mais dans ce dossier, comme hier, dans celui du Couvent des Jacobins, la ville a largement sous-estimé le coût réel des travaux et cela d’autant plus qu’elle avait visiblement une connaissance très incomplète de l’état réel du bâtiment Pasteur.  C’est pourquoi aujourd’hui ce chantier a pris un an de retard et son budget s’est envolé : Il ne faudrait pas donner l’impression que les dossiers des chantiers patrimoniaux sont voués à déraper financièrement.”

 “Nous ne voulons pas aujourd’hui donner l’impression qu’en cas de chantiers patrimoniaux, nous explosions les budgets”, répond Sylvie Robert pour la majorité municipale socialiste. “Au fur et à mesure de la découverte de cet édifice du XIXe siècle, nous avons rencontré des aléas de chantier nous amenant à faire des évolutions du programme et des modifications pour la sécurité. Pour un bâtiment de cette nature aussi grand, la somme de 12, 5 millions ne nous paraît pas exorbitant. Nous sommes tous aujourd’hui très heureux que ce bâtiment soit livré pour cet été.”

La phrase du jour : “Nous avons eu déjà l’occasion, à plusieurs reprises de donner notre point de vue sur l’ensemble de ce dossier : notre accord de principe sur l’école et l’edulab mais aussi nos réserves sur l’hôtel à projets”, confie Antoine Cressard.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire