"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités

EN 2018, 94 JOURNALISTES TUÉS DANS LE MONDE

A l’heure où la profession des journalistes est décriée sur les réseaux sociaux, montrée du doigt par les politiques, il est important de rappeler un chiffre :  84 journalistes, caméramans, fixeurs et techniciens, morts lors d’exécutions ciblées, d’attaques à la bombe ou dans des échanges de tirs en zones de conflit. “Dix autres travailleurs des médias, qui exerçaient en tant que conducteurs, agents de protection et pour l’un d’entre eux comme assistant commercial, ont perdu la vie”, ajoute la Fédération internationale des journalistes. “On dénombre six femmes parmi les 94 victimes. Trois accidents du travail mortels ont également été recensés par la FIJ cette année.”

                                                        Le cruel meurtre de Jamal Khashoggi

Pour l’année 2018, cette situation déplorable est soulignée par le cruel meurtre de Jamal Khashoggi, chroniqueur au Washington Post et citoyen saoudien, tué au consulat saoudien d’Istanbul le 2 octobre. “C’était la dernière d’une longue série d’attaques dévastatrices contre les travailleurs des médias, incluant notamment de nombreux attentats à la bombe qui ont transformé l’Afghanistan en zone meurtrière pour les journalistes sans oublier la violence du crime organisé au Mexique, qui vise toujours les journalistes.”

“Ces actes de violence et ces meurtres ont brutalement mis fin à la courte diminution des meurtres de journalistes enregistrée ces trois dernières années”, note Philippe Leruth, le président de la FIJ. « Une fois encore, la FIJ demande d’urgence aux Nations Unies d’adopter en assemblée générale la Convention pour la sécurité et la protection des journalistes, que la FIJ a présentée aux missions diplomatiques à New York en octobre dernier. Cette Convention, soutenue par la profession dans son entier, est une réponse concrète aux crimes commis contre les journalistes en toute impunité.”

La 29e liste publiée par le FIJ compte cette année cinq journalistes et travailleurs des médias de Capital Gazette, un quotidien publié à Annapolis, capitale de l’état du Maryland aux Etats-Unis. “Ils ont été tués par balles dans ce que la police appelle une “attaque délibérée”, par un individu mécontent d’avoir perdu dans un procès en diffamation contre le journal”, précise la FIJ. Tout aussi grave, cette liste montre ô combien les conflits armés et les militants extrémistes sont responsables de la plupart des meurtres de journalistes dans des pays comme l’Afghanistan, la Syrie et le Yémen. Même si d’autres facteurs ont joué un rôle comme “l’augmentation de l’intolérance envers les reportages indépendants, le populisme, la corruption endémique, les crimes ainsi que la détérioration générale de l’ordre public en Inde, Pakistan et Philippines.”

“Ces terribles chiffres en augmentation rappellent aussi que la sécurité des journalistes restera un problème tant que les pays concernés par ces meurtres seront paralysées par la corruption et l’incompétence”, a ajouté Anthony Bellanger, le secrétaire général de la FIJ. “Les statistiques de la FIJ montrent une fois encore l’échec de ces institutions, incapables de faire respecter un des droits humains fondamentaux : la sécurité.” Selon les chiffres de la FIJ pour l’année 2018, l’Asie-Pacifique recense le plus grand nombre de meurtres avec 32 journalistes et travailleurs des médias tués, suivie par les Amériques avec 27 meurtres, le Moyen-Orient et le Monde Arabe en enregistrant 20. L’Afrique arrive en quatrième position avec onze meurtres, devant l’Europe comptabilisant quatre meurtres de journalistes.

Au 31 décembre 2018, la FIJ a enregistré les assassinats suivants : 94 (meurtres ciblés, attaques à la bombe et feux croisés lors de conflits),  3 (meurtres liés à des accidents et catastrophes naturelles). Les pays où l’on recense le plus grand nombre de meurtres de journalistes et de travailleurs des médias sontAfghanistan (16), Mexique (11), Syrie (8), Inde (7), Pakistan (5), États-Unis (5), Somalie (5), Philippines (3), Équateur (3, Brésil (3), Colombie ( 2), Palestine ( 2), Guatemala (2).  La FIJ représente 600 000 journalistes répartis dans 187 unions ou associations, à travers 146 pays. En 2017, 81 journalistes avaient été tués. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire