maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Municipales rennes

EMERIC SALMON (RASSEMBLEMENT NATIONAL) ESTIME LÉGAL SES 70 000 SMS DE CAMPAGNE

test2

A la suite de notre article évoquant la candidature d’Emeric Salmon (Rassemblement national), nombreux rennais ont réagi sur notre page Facebook. Ils reprochaient au candidat d’avoir envoyé sur leur téléphone portable le message suivant ce jeudi 12 mars : “Bonjour, je suis Emeric Salmon, candidat à l’élection municipale. Notre programme peut changer Rennes. Découvrez-le en un cliquant ici…”

“Si vous souhaitiez perdre les élections, ces sms intrusifs étaient une excellente idée”, regrettait Caroline auprès du candidat. “Votre équipe n’a pas compris que les gens en ont assez du démarchage intempestif ?” Même son de cloche chez Marine (rien à voir avec la leader du RN !). “Je viens de recevoir un SMS de sa part et franchement, je trouve ça intrusif ! Comment entrer en discussion et faire part de ses idées dans ces conditions ? En tout état de cause, il était loin d’être à l’écoute des Rennais…”

                    Légalité contre intrusion

D’ores et déjà, de nombreux Rennais ont porté l’affaire devant la commission nationale des libertés (CNIL). “C’est tout à fait légal”, répond Emeric Salmon, ancien ingénieur informaticien. “Je respecte les recommandations de la CNIL et la législation des données personnelles. Cette entreprise (Self Contact) a déjà fait la même chose pour Emmanuel Macron et Manon Aubry. A l’époque, personne n’a trouvé cela intrusif !”

Candidat à la maire, Emeric Salmon minimise le sentiment d’intrusion. “Une cinquantaine de mécontents se sont exprimés sur Facebook et Twitter contre 70 000 messages envoyés. Ils ont réagi parce que nous sommes le Rassemblement national. Des gens ont même été jusqu’à rechercher le numéro de téléphone de notre permanence pour dire que je les avais dérangés. Mais visiblement, ce n’était pas suffisamment grave parce qu’ils ont perdu du temps pour me contacter ! Ignorer mon message était à mon avis la meilleure chose à faire.”

Pour rien cacher, Emeric Salmon n’était pas mécontent du buzz. “Notre but était de toucher nos électeurs par un contact direct et c’est réussi !” L’opération planifiée dès le mois de septembre dernier est revenue à 20 000 euros (même prix que l’envoi par la Poste de son publipostage) sur un budget de campagne de 50 000 euros.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire