13.8 C
Rennes
mardi 21 mai 2024
AccueilActualitésELLE EST DANS UN EHPAD : IL NE PEUT PLUS VISITER SA MÈRE...

ELLE EST DANS UN EHPAD : IL NE PEUT PLUS VISITER SA MÈRE ÂGÉE ET LOURDEMENT HANDICAPÉE

L’heure est grave ! Les familles ayant des personnes âgées dans les EHPAD ou les USLD (unité de soins de longue durée) ne peuvent plus visiter leurs aînés depuis le mardi 10 mars. Daniel ne va plus voir sa mère placée dans un établissement pour personnes âgées. Il est passé d’une visite quotidienne à aucune. Il témoigne et milite en faveur de dérogations pour les aidants.

« Sept jours avant le confinement, par précaution, je ne rendais plus visite à ma mère dans son unité de soins de longue durée pour la protéger ! Mais deux semaines après, je m’inquiète grandement. Le virus est entré dans de nombreux EHPAD du pays ! A Saint-Germain-en-Laye, 16 personnes sont décédées dans un établissement, dix sont morts dans un autre établissement dans le Loir-et-Cher et près de 241 EHPAD sont touchées en Ile-de-France ! Le nombre de morts actuel dépasserait la centaine.

                                Des personnes vulnérables 

Au regard de ces chiffres, je m’inquiète et je suis en colère contre les autorités de la santé. Pourquoi n’ont-ils pas pris les mesures nécessaires dès le départ pour sauver ces lieux où les personnes sont vulnérables ? Des masques, des préconisations d’usage pour les gestes barrières et des adaptations pour les repas pris en commun ont manqué cruellement. Pour l’instant, à l’Ouest, nous sommes moins touchés par cette épidémie. Mais je m’inquiète…

Ma mère réside dans une USLD où j’y allais tous les jours, et même deux fois par jour lorsque je le pouvais. Je lui apportais une aide morale et physique en la changeant, en lui donnant à manger et en la couchant tous les soirs dans son lit. Désormais, ma mère est sans moi. Elle ne le sait sans doute pas mais moi je le sais ! Je ne peux plus m’en occuper et …je m’inquiète.

Bien sûr j’ai confiance dans le personnel de cette unité hospitalière, des soignants bien formés et très consciencieux. Pourtant, j’aurais aimé apporter mon expérience, ma bonne volonté au personnel. Pourquoi ne me laisse-t-on pas leur donner un coup de main ? Dans l’unité de ma mère où les personnes sont déjà isolées, il faudra certainement un jour ou l’autre du renfort !

En cette période de crise sanitaire grave, des adaptations sont nécessaires. Il faut faire fi des règles, des procédures et des méthodologies habituelles. Il faut qu’on se soutienne et qu’on s’entraide… À partir du moment où l’on teste les personnes qui travaillent et les résidents, et qu’on respecte les gestes barrières, j’estime que des personnes autorisées et de bonne volonté peuvent participer à l’œuvre commune actuelle.

Dans un EHPAD de la Charente, une initiative du personnel va certainement marquer les esprits. Pour empêcher le virus de rentrer dans l’EHPAD, les 18 salariés ont décidé de se confiner jour et nuit aux côtés des 59 résidents. Ce beau geste va-t-il faire boule de neige ? « Rien n’est moins sûr… Je m’inquiète ! »

Dragan Brkic
Dragan Brkic
Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

// Dernières nouvelles publiées

L’EMPIRE DU MILIEU AU COEUR DE MAUREPAS

Ce lundi de Pentecôte, les représentants de l’Institut Confucius et l’association Les Agi'thés ont inauguré en grande pompe le jardin chinois au parc de...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser