19.7 C
Rennes
samedi 22 juin 2024
AccueilActualitésDEUX ANS APRÈS L'ASSASSINAT DE MAGALI BLANDIN : SES BEAUX-PARENTS SE SUICIDENT

DEUX ANS APRÈS L’ASSASSINAT DE MAGALI BLANDIN : SES BEAUX-PARENTS SE SUICIDENT

Magali Blandin a été tuée par son mari Jérôme Gaillard, le 11 février 2021, à Montfort-sur-Meu, à coups de batte de base-ball (voir notre article). Presque deux ans plus tard, ce 7 février 2023, Monique et Jean Gaillard, âgés de 73 et 76 ans et parents du meurtrier, ont été découverts sans vie dans leur maison de La Turballe (infos délivrées par Ouest-France).

« Je confirme les décès », explique William Pineau, avocat du père et de la mère de Magali Blandin. « Je n’ai en revanche aucune information sur les circonstances du drame. Je ne peux pas en dire beaucoup plus. Je ne sais pas si la version de vos confrères est exacte. » Impliqué dans le dossier, William Pineau n’avait pas eu connaissance d’un éventuel risque de suicide. « On avait tous des inquiétudes », assure l’homme de loi. « Leur histoire familiale est marquée par ces disparitions volontaires et prématurées (le frère avait également intenté à ses jours). Mais nous n’avions pas eu d’alerte particulière ».

Les enfants : la seule préoccupation

En l’état actuel du dossier, les quatre enfants du couple Gaillard sont aujourd’hui la préoccupation des parents de Magali. « Nous allons faire en sorte de les protéger au maximum. Pour l’instant, ils ne sont pas alertés. Mais c’est toute la question et les enjeux des jours à venir de les préserver de ce nouveau désastre, car, quelles que soient les responsabilités que les Gaillard pouvaient encourir, ils demeurent évidemment leurs grands-parents. Cet aspect est le point exclusif de préoccupation de mes clients qui ne sont tournés que vers le bien-être et la sécurité des enfants. Le reste est pour eux secondaire. »

Cette histoire est un véritable drame pour les petits-enfants », explique un avocat de ce dossier.

Malheureusement pour la famille de Magali, l’éventualité d’un procès semble désormais éloignée. « La cour d’assises, cela paraît hautement improbable dans la mesure où toutes les personnes, qui pouvaient se voir reprocher d’avoir participé à l’assassinat ou à la tentative, sont aujourd’hui disparues. Les seuls individus qui restent mis en examen le sont pour des délits connexes de non-empêchement ou non-révélation de crime ou d’extorsion. Ils le sont donc pour des infractions qui, a priori, ne relèvent pas d’une cour d’assises. »

En revanche, on ne connaît pas la date de leur comparution devant un tribunal correctionnel. « Nous sommes encore en phase d’instruction du dossier. Nous n’avons pas le réquisitoire définitif du procureur que l’on attend depuis plusieurs mois, compte tenu de la charge de travail du parquet général et de la lourdeur du règlement de cette affaire. Aujourd’hui, je ne peux m’empêcher de penser que ce dossier est maudit avec une forme de fatalité effroyable. »

Le 17 novembre 2021, le juge de la liberté et de la détention avait accordé leur libération conditionnelle sous contrôle judiciaire, à la demande de leurs avocats. Depuis, Monique et Jean Gaillard vivaient dans leur demeure. Ils étaient mis en examen pour complicité de meurtre en mars 2021, après avoir aidé leur fils dans son projet criminel. D’après Ouest-France, ils auraient mis fin à leurs jours par pendaison, après avoir envoyé une lettre aux parents de Magali Blandin où ils expliquaient leur décision.

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

UNE VISITE DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE

Ce mardi 18 juin 2024, la Cour d’appel de Rennes était sur son 31 ! En ses murs, elle accueillait dix-sept membres du Conseil supérieur...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser